«Voilà une classe sage»: la vidéo de l’arrestation de dizaines de lycéens français, entravés et agenouillés en rang, provoque de vives réactions

«Voilà une classe sage»: la vidéo de l’arrestation de dizaines de lycéens français, entravés et agenouillés en rang, provoque de vives réactions

Environ 280 lycées et collèges en France ont été de nouveau perturbés jeudi, dont 45 bloqués, par des élèves et plusieurs incidents ont été recensés, conduisant à plus de 700 interpellations au total.

Dans les Yvelines, 153 personnes ont été interpellées à Mantes-La-Jolie, selon le procureur de la République de Versailles Vincent Lesclous, essentiellement devant un lycée, pour «  participation à un attroupement armé  » après des heurts et dégradations a indiqué à l’AFP le commissaire de la ville, assurant vouloir ainsi « interrompre un processus incontrôlé ».

Les mains entravées dans le dos ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, des dizaines d’entre eux ont été rassemblés dans le jardin d’un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération, a constaté une journaliste de l’AFP. Plusieurs vidéos de la scène publiées sur les réseaux sociaux ont suscité un violent émoi.

Ces arrestations ont eu lieu après de nouveaux incidents à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées jeudi et où des heurts ont éclaté avec la police, a constaté la journaliste.

Suite à la publication de la vidéo, et aux réactions qu’elle a suscitées, le ministère de l’intérieur a réagi dans un communiqué jeudi : « De violentes échauffourées opposant les forces de l’ordre à des individus dans le quartier de Val-Fouré, près du lycée Jules-Saint-Exupéry. À 12h20, 122 étaient interpellés et placés en garde à vue pour participation à un groupement en vue de la préparation à des violences volontaires ou des destructions ou dégradations  ».

« 37 des présents, la plupart encagoulés, étaient trouvés porteurs de bâtons, battes de base-ball et conteneurs de gaz lacrymogène. » Le ministère, se félicite qu’«  aucun blessé  » n’ait été recensé conclut : « L’interpellation d’un nombre aussi important d’individus a nécessité de prendre des mesures de sécurité complémentaires. »

Le Défenseur des droits a annoncé avoir ouvert une enquête vendredi.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite