«Voilà une classe sage»: la vidéo de l’arrestation de dizaines de lycéens français, entravés et agenouillés en rang, provoque de vives réactions

Edition numérique des abonnés

Environ 280 lycées et collèges en France ont été de nouveau perturbés jeudi, dont 45 bloqués, par des élèves et plusieurs incidents ont été recensés, conduisant à plus de 700 interpellations au total.

Dans les Yvelines, 153 personnes ont été interpellées à Mantes-La-Jolie, selon le procureur de la République de Versailles Vincent Lesclous, essentiellement devant un lycée, pour «  participation à un attroupement armé  » après des heurts et dégradations a indiqué à l’AFP le commissaire de la ville, assurant vouloir ainsi « interrompre un processus incontrôlé ».

Les mains entravées dans le dos ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, des dizaines d’entre eux ont été rassemblés dans le jardin d’un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération, a constaté une journaliste de l’AFP. Plusieurs vidéos de la scène publiées sur les réseaux sociaux ont suscité un violent émoi.

Ces arrestations ont eu lieu après de nouveaux incidents à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées jeudi et où des heurts ont éclaté avec la police, a constaté la journaliste.

Suite à la publication de la vidéo, et aux réactions qu’elle a suscitées, le ministère de l’intérieur a réagi dans un communiqué jeudi : « De violentes échauffourées opposant les forces de l’ordre à des individus dans le quartier de Val-Fouré, près du lycée Jules-Saint-Exupéry. À 12h20, 122 étaient interpellés et placés en garde à vue pour participation à un groupement en vue de la préparation à des violences volontaires ou des destructions ou dégradations  ».

« 37 des présents, la plupart encagoulés, étaient trouvés porteurs de bâtons, battes de base-ball et conteneurs de gaz lacrymogène. » Le ministère, se félicite qu’«  aucun blessé  » n’ait été recensé conclut : « L’interpellation d’un nombre aussi important d’individus a nécessité de prendre des mesures de sécurité complémentaires. »

Le Défenseur des droits a annoncé avoir ouvert une enquête vendredi.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

    COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

  2. Les Red Lions constituent une équipe expérimentée qui arrive à maturité. Pour eux, désormais, seule la victoire compte, peu importe le jeu pratiqué. @News

    La médaille d’or, le seul objectif des Red Lions

  3. Tester et comprendre les phénomènes physico-chimiques qu’il y a derrière la cuisine, cela a été au cœur de la démarche de Sang-Hoon Degeimbre.

    Sang-Hoon Degeimbre: «Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire toutes les expériences culinaires»

Chroniques
  • «Vous avez de ces mots»: maligne ou maline?

    Les grammairiens s’accordent généralement sur ce point : une tumeur est maligne, et peu maligne est la personne qui l’ignore. Sauf que votre fille est peut-être plus maline que maligne. Si maligne s’applique à une maladie, pour en qualifier les conséquences néfastes, maline n’est pas rare lorsqu’il s’agit d’êtres animés intelligents ou ingénieux.

    Dans l’ancienne langue, la forme maligne, jusque-là valable pour les deux genres, a été refaite sur le modèle des adjectifs en -in , -ine. D’où le masculin malin et le féminin maline, ce dernier étant progressivement évincé dans la langue classique par la forme maligne. Faut-il se priver de la distinction maligne-maline alors qu’elle peut être exploitée à des fins sémantiques ? Ce ne serait pas bien malin…

    Un malin peut en cacher un autre

    « Elle avait...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite