Stefan Everts aux soins intensifs de Louvain après une crise de malaria

Edition numérique des abonnés

Stefan Everts souffre de malaria et a été hospitalisé cette semaine en soins intensifs à l’hôpital universitaire de Louvain, a confirmé vendredi sa famille. L’ancien multiple champion du monde de motocross est suivi de près par les médecins. Il avait été d’abord été hospitalisé à Hasselt.

Everts, 46 ans, a participé il y a trois semaines aux quatre heures de Lubumbashi, une épreuve de bienfaisance en République Démocratique Du Congo. Les revenus doivent soutenir différents projets comme la construction d’une école. C’est lors de son séjour en RDC qu’il a contracté la malaria.

Sa famille demande de la laisser tranquille afin qu’elle puisse se concentrer sur Stefan Everts. Elle communiquera quand il y aura d’autres nouvelles.

Everts a remporté dix titres mondiaux et 101 Grands Prix dans les différentes catégories de motocross entre 1988 et 2006, soit le plus beau palmarès de l’histoire de son sport. Il l’a inauguré en 1991 (125cc), poursuivi en 1995, 1996 et 1997 (250cc), 2001 et 2002 (500c), 2003, 2004, 2005 et 2006 (MX1-GP).

Il a aussi été élu Sportif belge de l’année à cinq reprises (2001, 2002, 2003, 2004 et 2006). Seul Eddy Merckx a remporté plus souvent cette prestigieuse récompense.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

    COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

  2. Les Red Lions constituent une équipe expérimentée qui arrive à maturité. Pour eux, désormais, seule la victoire compte, peu importe le jeu pratiqué. @News

    La médaille d’or, le seul objectif des Red Lions

  3. Tester et comprendre les phénomènes physico-chimiques qu’il y a derrière la cuisine, cela a été au cœur de la démarche de Sang-Hoon Degeimbre.

    Sang-Hoon Degeimbre: «Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire toutes les expériences culinaires»

Chroniques
  • «Vous avez de ces mots»: maligne ou maline?

    Les grammairiens s’accordent généralement sur ce point : une tumeur est maligne, et peu maligne est la personne qui l’ignore. Sauf que votre fille est peut-être plus maline que maligne. Si maligne s’applique à une maladie, pour en qualifier les conséquences néfastes, maline n’est pas rare lorsqu’il s’agit d’êtres animés intelligents ou ingénieux.

    Dans l’ancienne langue, la forme maligne, jusque-là valable pour les deux genres, a été refaite sur le modèle des adjectifs en -in , -ine. D’où le masculin malin et le féminin maline, ce dernier étant progressivement évincé dans la langue classique par la forme maligne. Faut-il se priver de la distinction maligne-maline alors qu’elle peut être exploitée à des fins sémantiques ? Ce ne serait pas bien malin…

    Un malin peut en cacher un autre

    « Elle avait...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite