Musées fermés, matchs reportés, spectacles annulés...: le point sur les dispositifs mis en place samedi à Paris

©AFP
©AFP

Musées et monuments fermés à Paris, spectacles annulés, matchs de foot reportés, programme du Téléthon modifié, parcours de la marche pour le climat changé... Le point sur les lieux touchés et événements publics bouleversés par les manifestations des «gilets jaunes» samedi à Paris et dans les régions.

A Paris, une grande partie des musées seront fermés samedi. Après le Louvre, le Musée d’Orsay, le Grand Palais ou le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, d’autres établissements, comme le Centre Pompidou, le musée du quai Branly, le musée Marmottan mais aussi la Fondation Louis Vuitton ont indiqué vendredi qu’ils n’ouvriraient pas leurs portes.

Les principaux monuments parisiens seront fermés: outre l’Arc de Triomphe, objet de dégradation samedi dernier, le Panthéon, la Conciergerie, la Sainte-Chapelle, les Tours de Notre-Dame, la Chapelle expiatoire et le Palais Royal n’ouvriront pas leurs portes, a annoncé le Centre des monuments nationaux.

La Tour Eiffel, déjà fermée le samedi 24 novembre, ne sera pas ouverte non plus. De même que les Catacombes et plusieurs musées gérés par la Ville de Paris.

Côté spectacles, l’Opéra (Garnier et Bastille), le théâtre Marigny, la Comédie-Française (sauf le Vieux Colombier), l’Odéon (dans le VIe arrondissement) et le théâtre des Champs-Elysées ont annulé leurs représentations tout comme le théâtre du Rond-Point. La Maison de la radio a annulé concert et visites. En outre, la première édition du festival de musiques électroniques INASOUND, qui devait se tenir ce week-end au Palais Brongniart a été reportée au printemps.

Matchs reportés, marche déviée

PSG-Montpellier, Toulouse-Lyon, Monaco-Nice, Saint-Etienne-Marseille puis Angers-Bordeaux et Nîmes-Nantes ont été reportés ce week-end sur fond de mouvement des «gilets jaunes»: c’est donc plus de la moitié de la 17e journée de L1 qu’il faudra reprogrammer dans un calendrier déjà surchargé.

Le parcours de la marche pour le climat a été modifié, pour éloigner l’événement des Champs-Élysées où des «gilets jaunes» ont de nouveau appelé à manifester. Elle partira à 14h de Nation et se terminera par un rassemblement place de la République, alors qu’elle devait à l’origine démarrer du Trocadero, en direction du Champ-de-Mars. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait appelé lundi à suspendre l’événement, après les heurts du week-end sur les Champs-Elysées, mais les initiateurs de la marche climat, prévue de longue date, lui avaient répondu par la négative.

Tournage en studio pour le Téléthon

Le grand rendez-vous caritatif en faveur de la lutte contre les maladies rares a dû modifier son programme. Exit tout d’abord le grand plateau de France Télévisions qui devait être installé en extérieur, place de la Concorde, et donc en bas des Champs-Elysées. Il sera remplacé par un tournage en studios.

En outre, plusieurs événements ont été annulés par précaution, comme la «Marche des maladies rares» prévue samedi midi au Jardin du Luxembourg, à Paris, ou le «village du Téléthon» qui devait être implanté à Bordeaux.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite