Travailleurs non déclarés dans le Hainaut: Google veut régler le problème le plus rapidement possible

Edition numérique des abonnés

Plusieurs réactions ont fusé après la révélation de très nombreux cas d’infractions sociales sur un chantier de construction sur le site de Google à Baudour, où 322 travailleurs étrangers étaient illégaux. Le géant américain de l’internet entend ainsi régler ce problème le plus rapidement possible. Le secrétaire d’État en charge de la Fraude sociale Philippe De Backer a, lui, rappelé son opposition au dumping social.

« Nous avons demandé à ISG, notre principal entrepreneur en construction, responsable de tous les travailleurs sur le site, de coopérer pleinement avec les services d’inspection sociale et de résoudre tout problème le plus rapidement possible », a indiqué Frederik Van de Meulebroucke, porte-parole de Google. Selon lui, l’entreprise a mis en place un code de conduite clair pour ses fournisseurs, qui sont contractuellement tenus de respecter toutes les lois et réglementations locales en vigueur. « Il est important pour nous que cette affaire soit réglée. »

Du côté du cabinet du secrétaire d’État en charge de la Fraude sociale Philippe De Backer (Open Vld), on se réjouit de la collaboration renforcée avec le pouvoir judiciaire, en insistant sur le fait que les contrôles dans l’industrie de la construction restent la priorité des services d’inspection sociale.

> Hainaut : 227 travailleurs non déclarés découverts sur un chantier Google

Condamnations de toutes parts

« Nous n’acceptons pas le dumping social », a indiqué Lotte Van der Stockt, porte-parole de Philippe De Backer. « Nous avons intensifié ces contrôles. Nous avons également renforcé la coopération avec le pouvoir judiciaire, ce qui implique que les grands dossiers de dumping social sont mieux contrôlés. »

Enfin, la Confédération Construction a, quant à elle, une nouvelle fois « condamné, fermement et de longue date, les pratiques de dumping social, les situations abusives de détachement de travailleurs et le recours aux faux indépendants ». Selon son porte-parole Sven Nouten, « il va de soi que de telles pratiques, outre leur caractère illégal, mènent à une concurrence totalement déloyale envers les entreprises de construction belges qui respectent toutes les règles ».

La Confédération a toujours insisté sur la responsabilité du donneur d’ordres qui doit vérifier que l’offre de prix qu’il reçoit est conforme au marché et qu’elle permet d’éviter tout risque de dumping et de fraude, rappelle-t-il. L’organisme se réjouit, par ailleurs, « des contrôles ciblés menés par l’inspection sociale, dont seule l’intensification peut permettre d’aboutir à de bons résultats dans la lutte contre les pratiques de dumping et de fraude sociale ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Malgré un certain volontarisme de Charles Michel, au moment où la coalition des pays les plus ambitieux a tenté de peser de tout son poids sur les négociations de la COP24, la Belgique est restée au balcon.

    COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

  2. Les Red Lions constituent une équipe expérimentée qui arrive à maturité. Pour eux, désormais, seule la victoire compte, peu importe le jeu pratiqué. @News

    La médaille d’or, le seul objectif des Red Lions

  3. Tester et comprendre les phénomènes physico-chimiques qu’il y a derrière la cuisine, cela a été au cœur de la démarche de Sang-Hoon Degeimbre.

    Sang-Hoon Degeimbre: «Je n’aurai pas assez d’une vie pour faire toutes les expériences culinaires»

Chroniques
  • «Vous avez de ces mots»: maligne ou maline?

    Les grammairiens s’accordent généralement sur ce point : une tumeur est maligne, et peu maligne est la personne qui l’ignore. Sauf que votre fille est peut-être plus maline que maligne. Si maligne s’applique à une maladie, pour en qualifier les conséquences néfastes, maline n’est pas rare lorsqu’il s’agit d’êtres animés intelligents ou ingénieux.

    Dans l’ancienne langue, la forme maligne, jusque-là valable pour les deux genres, a été refaite sur le modèle des adjectifs en -in , -ine. D’où le masculin malin et le féminin maline, ce dernier étant progressivement évincé dans la langue classique par la forme maligne. Faut-il se priver de la distinction maligne-maline alors qu’elle peut être exploitée à des fins sémantiques ? Ce ne serait pas bien malin…

    Un malin peut en cacher un autre

    « Elle avait...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite