Travailleurs non déclarés dans le Hainaut: Google veut régler le problème le plus rapidement possible

Travailleurs non déclarés dans le Hainaut: Google veut régler le problème le plus rapidement possible

Plusieurs réactions ont fusé après la révélation de très nombreux cas d’infractions sociales sur un chantier de construction sur le site de Google à Baudour, où 322 travailleurs étrangers étaient illégaux. Le géant américain de l’internet entend ainsi régler ce problème le plus rapidement possible. Le secrétaire d’État en charge de la Fraude sociale Philippe De Backer a, lui, rappelé son opposition au dumping social.

« Nous avons demandé à ISG, notre principal entrepreneur en construction, responsable de tous les travailleurs sur le site, de coopérer pleinement avec les services d’inspection sociale et de résoudre tout problème le plus rapidement possible », a indiqué Frederik Van de Meulebroucke, porte-parole de Google. Selon lui, l’entreprise a mis en place un code de conduite clair pour ses fournisseurs, qui sont contractuellement tenus de respecter toutes les lois et réglementations locales en vigueur. « Il est important pour nous que cette affaire soit réglée. »

Du côté du cabinet du secrétaire d’État en charge de la Fraude sociale Philippe De Backer (Open Vld), on se réjouit de la collaboration renforcée avec le pouvoir judiciaire, en insistant sur le fait que les contrôles dans l’industrie de la construction restent la priorité des services d’inspection sociale.

> Hainaut : 227 travailleurs non déclarés découverts sur un chantier Google

Condamnations de toutes parts

« Nous n’acceptons pas le dumping social », a indiqué Lotte Van der Stockt, porte-parole de Philippe De Backer. « Nous avons intensifié ces contrôles. Nous avons également renforcé la coopération avec le pouvoir judiciaire, ce qui implique que les grands dossiers de dumping social sont mieux contrôlés. »

Enfin, la Confédération Construction a, quant à elle, une nouvelle fois « condamné, fermement et de longue date, les pratiques de dumping social, les situations abusives de détachement de travailleurs et le recours aux faux indépendants ». Selon son porte-parole Sven Nouten, « il va de soi que de telles pratiques, outre leur caractère illégal, mènent à une concurrence totalement déloyale envers les entreprises de construction belges qui respectent toutes les règles ».

La Confédération a toujours insisté sur la responsabilité du donneur d’ordres qui doit vérifier que l’offre de prix qu’il reçoit est conforme au marché et qu’elle permet d’éviter tout risque de dumping et de fraude, rappelle-t-il. L’organisme se réjouit, par ailleurs, « des contrôles ciblés menés par l’inspection sociale, dont seule l’intensification peut permettre d’aboutir à de bons résultats dans la lutte contre les pratiques de dumping et de fraude sociale ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite