Netflix a gagné: Canal+ arrête définitivement CanalPlay

Netflix a gagné: Canal+ arrête définitivement CanalPlay
CanalPlay.

Elle est venue, elle a vu et a été vaincue. La plateforme de vidéo à la demande de Canal+ vit ses derniers jours. Maxime Saada, président du directoire du groupe, a annoncé que l’offre par abonnement sera bientôt supprimée. «  CanalPlay a disparu de la circulation, à tel point qu’on va arrêter cette offre dans quelques semaines  », a-t-il déclaré devant la Commission des affaires culturelles.

Il y a quelques années encore, CanalPlay était présenté comme le grand concurrent de Netflix. Mais c’est bien le géant qui, sans surprise, a remporté la bataille de la VOD en France. Pour Maxime Saada, la plateforme américaine est responsable de la mort du service français : «  Aujourd’hui Netflix est dominant, archidominant, voire monopolistique  ». Pour preuve, CanalPlay est passé de 800.000 à 200.000 abonnés en quelques mois. «  En deux ans, on a été rayés de la carte sur ce marché, qui est en train de se substituer à la télévision  », a jouté le patron cet été. Une opération de sauvetage n’était pas envisageable.

Une réaction tardive à Netflix

Récemment, le catalogue de CanalPlay a été intégré à celui de Start By Canal, un service d’abord réservé aux abonnés Bouygues ensuite étendu à tout le public. CanalPlay ne sera pas remplacé mais les abonnés seront transférés dans l’offre myCanal, un service qui regroupe toutes les offres de Canal+ sur tous les supports.

Selon Maxime Saada, les contraintes imposées par l’Autorité de la Concurrence ne l’ont pas aidé. «  On nous a interdit d’avoir des exclusivités sur CanalPlay pour favoriser l’émergence d’acteurs concurrents : ça a bien réussi  », lâche-t-il avec regret. En 4 ans d’existence en France, Netflix a séduit près de 4 millions d’abonnés. Le patron estime que le piratage y est aussi pour quelque chose dans la chute de CanalPlay, mais aussi dans la perte d’abonnés à Canal+ en général.

Selon les observateurs, le groupe Canal a réagi trop tardivement à l’arrivée du géant américain. Notamment sur le coût de ses abonnements, qui auraient pu être revu à la baisse, proposant moins d’exclusivités, afin de permettre aux Français de cumuler plusieurs abonnements sans craindre pour leur portefeuille. En Belgique, Be TV continue de proposer des contenus exclusifs, des avant-premières, et a développé son application de vidéo à la demande. Pas le choix, il est urgent de s’adapter.

Sur le même sujet
MédiaFranceBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite