Le parti Défi à Namur s’entre-déchire

Pierre-Yves Dupuis © Belga
Pierre-Yves Dupuis © Belga

Le chef de file de Défi à Namur, Pierre-Yves Dupuis, pourrait être exclu du conseil communal par les trois autres conseillers représentant le parti. Ceux-ci lui reprochent des propos qu’il a tenus dans la presse et ont communiqué jeudi leur intention de l’écarter. Contacté par Belga vendredi, le parti indique néanmoins ne pas avoir pris de décision.

Le document évoquant l’exclusion est signé par les trois conseillers, Bernard Ducoffre, Loïc Demarteau et Françoise Kinet. Cette dernière est toutefois dans une situation particulière, puisqu’elle pourrait elle-même être exclue du parti en raison de propos injurieux tenus à l’encontre de Pierre-Yves Dupuis et de ses autres colistiers durant la campagne des élections communales.

Le flou

La situation est donc assez floue à l’heure actuelle. De son côté, le parti a déclaré vendredi être très surpris d’avoir appris jeudi l’intention d’exclure Pierre-Yves Dupuis par voie de presse. Il rappelle par ailleurs que Françoise Kinet doit être entendue prochainement lors d’un comité des sages tenu par Défi, afin de confirmer ou non son éviction du parti.

Tant pour M. Kinet que M. Dupuis, une décision devrait être prise avant le 20 décembre, date du prochain conseil communal.

S’ils sont exclus, tous les deux pourraient néanmoins continuer à siéger comme conseillers indépendants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. Les jeunes acteurs « maintenant, savent déjà plus de la vie,  du sexe, des drogues, de la politique que moi à leur âge. »

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite