Le parti Défi à Namur s’entre-déchire

Pierre-Yves Dupuis © Belga
Pierre-Yves Dupuis © Belga

Le chef de file de Défi à Namur, Pierre-Yves Dupuis, pourrait être exclu du conseil communal par les trois autres conseillers représentant le parti. Ceux-ci lui reprochent des propos qu’il a tenus dans la presse et ont communiqué jeudi leur intention de l’écarter. Contacté par Belga vendredi, le parti indique néanmoins ne pas avoir pris de décision.

Le document évoquant l’exclusion est signé par les trois conseillers, Bernard Ducoffre, Loïc Demarteau et Françoise Kinet. Cette dernière est toutefois dans une situation particulière, puisqu’elle pourrait elle-même être exclue du parti en raison de propos injurieux tenus à l’encontre de Pierre-Yves Dupuis et de ses autres colistiers durant la campagne des élections communales.

Le flou

La situation est donc assez floue à l’heure actuelle. De son côté, le parti a déclaré vendredi être très surpris d’avoir appris jeudi l’intention d’exclure Pierre-Yves Dupuis par voie de presse. Il rappelle par ailleurs que Françoise Kinet doit être entendue prochainement lors d’un comité des sages tenu par Défi, afin de confirmer ou non son éviction du parti.

Tant pour M. Kinet que M. Dupuis, une décision devrait être prise avant le 20 décembre, date du prochain conseil communal.

S’ils sont exclus, tous les deux pourraient néanmoins continuer à siéger comme conseillers indépendants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Une fiscalité automobile intelligente: il est grand temps

    C’est peu risqué, mais prenons le pari : l’idée du gouvernement bruxellois d’imposer une taxe de congestion à l’entrée de la ville va faire hurler. Listons les arguments : option antisociale qui nuira aux plus pauvres, nouvelle manifestation de rage taxatoire visant les automobilistes « vaches à lait », mesure discriminatoire, non concertée avec les autres Régions, instrument inefficace puisqu’il n’y a pas d’alternatives et que les automobilistes « n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture », décision...

    Lire la suite