Accueil Société

Robert Badinter au «Soir»: «La France, c’était la terre des droits de l’homme pour les juifs»

A 90 ans, Robert Badinter livre avec « Idiss » son seul livre intime. Celui qui a fait abolir la peine de mort rend hommage à sa grand-mère Idiss, cette femme qui à 40 ans a fui avec sa famille juive les pogroms de Bessarabie pour la France, le pays qui avait donné des droits égaux aux juifs depuis la Révolution française.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 7 min

Robert Badinter, l’homme qui a fait abolir la peine de mort, est une icône vivante des droits de l’homme. Liberté, Égalité, Fraternité : son bureau est un « temple » où trônent des bustes de Victor Hugo, des exemplaires de la loi qui a accordé des droits aux Juifs en 1791, des lettres signées de Danton et Robespierre. A 90 ans, celui qui fut chargé, par Lionel Jospin, de gérer le 50e anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme, est aujourd’hui étonné du succès du livre qu’il consacre à Idiss, sa grand-mère maternelle. Il y conte l’histoire d’une jeune femme juive, obligée de quitter à 40 ans la Russie tsariste pour venir en France. «  N’en faites pas une héroïne des droits de l’homme, ma grand-mère était une victime de l’antisémitisme. C’est la misère humaine que je raconte. Ce livre est un récit, pas un livre d’histoire . »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs