Gilets jaunes : le poste-frontière d’Hensies toujours bloqué vers la France (vidéo)

Edition numérique des abonnés

Des gilets jaunes bloquent depuis vendredi après-midi le poste-frontière d’Hensies sur la E19/A7 entre Mons et Valenciennes, indiquent les autorités provinciales du Hainaut.

Une déviation a été mise en place vers Tournai. Des équipes de la police fédérale sont sur place pour installer un dispositif permettant aux véhicules bloqués de faire demi-tour sur l’autoroute à la sortie de Dour, dernière sortie avant la frontière française en venant de Mons.

A la sortie de Dour, les véhicules sont dirigés par d’autres équipes qui les orientent vers la bretelle de Tournai pour regagner la France. Selon la province de Hainaut, tout se déroule sans encombre. Elle indique par ailleurs que la préfecture de Lille signale que les poids lourds pourront circuler tout le week-end sur les autoroutes françaises.

Les instances provinciales indiquent également que 20 camions sont bloqués vendredi soir au poste-frontière d’Erquelinnes sur la N54 vers la France. Les manifestants ne veulent pas laisser passer les véhicules avant samedi 6h du matin et la situation s’envenime.

► Gilets jaunes : la situation «dégénère dans le Hainaut»

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gilets jaunes|Hensies (Hainaut)|Belgique|France
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite