Gilets jaunes à Bruxelles: une cinquantaine d’arrestations en amont de la mobilisation à Bruxelles

©Reuters
©Reuters

La police a procédé a environ une cinquantaine d’arrestations en différents lieux de Bruxelles, a indiqué samedi dès 10h30 la porte-parole de la police de Bruxelles Ilse Van de keere, alors qu’une nouvelle manifestation des gilets jaunes est prévue.

Les premières arrestations ont eu lieu à la gare du Midi et à la gare Centrale, ainsi que dans le quartier européen. Deux personnes ont notamment été interpellées rue de la Loi. Selon le correspondant sur place au moment du contrôle, ces dernières se sont passées sans violence.

Des appels à manifester à Bruxelles, notamment samedi à 11h au rond-point Schuman, devant les institutions européennes, ont été diffusés sur les réseaux sociaux. Une cinquantaine de manifestants se trouve actuellement au carrefour Arrs-Loi tandis qu’une centaine d’autres les rejoint en provenance du Cinquantenaire. Le dispositif policier déployé en rapport est conséquent.

> Les dernières informations en direct :

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite