Un millier de gilets jaunes dans les rues de Bruxelles et des centaines d’arrestations

©EPA
©EPA

La police a estimé à un millier le nombre de gilets jaunes mobilisés samedi à Bruxelles et elle a procédé à plusieurs centaines d’arrestations administratives, a indiqué la porte-parole de la police Ilse Van de Keere.

De nombreuses arrestations ont eu lieu avant la mobilisation dans les gares, rue de la Loi et au square Ambiorix.

Des gilets jaunes sont arrivés vers 11h par le parc du Cinquantenaire et se sont retrouvés confrontés à un premier barrage policier à l’entrée de la petite rue de la Loi, qui les a empêchés de rallier le rond-point Schuman. Après quelques tentatives de négociation infructueuses qui se sont soldées par un renfort des rangs policiers, les participants ont fait le tour par l’arrière de ce centre névralgique des institutions européennes et sont montés par la rue de la Loi jusqu’à la petite ceinture.

Quelques affrontements

Dans le même temps, quelques affrontements ont eu lieu rue Montoyer. Ce second groupe a essayé sans succès de descendre vers le rond-point Schuman et s’est finalement rassemblé au carrefour Trône sur la petite ceinture.

Les deux groupes se sont alors rejoints. Ils ont bloqué la circulation sur la petite ceinture entre les carrefours Trône et Art-Loi. Les policiers ont dès lors commencé à avancer leurs rangs. Les deux groupes ont été encadrés distinctement par des policiers à pied et au moins 5 autopompes. Des pavés et de la peinture ont été lancés en direction du barrage de la rue Ducale. Les policiers ont alors répliqué avec de l’eau et des gaz. Les personnes désireuses de quitter la manifestation ont été autorisées à le faire contre un fichage de leurs identités. Certains d’entre eux ont fait valoir qu’ils n’étaient pas en accord avec les casseurs. La police a resserré progressivement les rangs. Des manifestants ont reporté des coups durant ces avancées. Les personnes mobilisées ont été arrêtées une à une, mises au sol en rang puis montées dans les différents cars de police.

> A Bruxelles, les manifestants se dispersent, les tunnels sont rouverts à la circulation

Les images du rassemblement des gilets jaunes à Bruxelles ce 8 décembre

Plainte des manifestants

Une partie du groupe situé vers Arts-Loi a réussi à s’échapper pour rejoindre par la petite ceinture le boulevard Botanique, le haut de la rue Neuve et le boulevard Albert II. De la casse a été reportée. Une partie a été dispersée et une autre arrêtée.

De nombreux manifestants se sont plaints de la répression policière qui a porté entrave selon eux à leur droit de manifester. Le déploiement policier était en effet massif et la police a rapidement coupé court à leur mobilisation.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite