Accueil Société Régions Bruxelles

Gilets jaunes à Bruxelles: 450 interpellations dont dix arrestations judiciaires (vidéo)

La police de Bruxelles-Capitale-Ixelles a recensé quelque 1.000 manifestants à Bruxelles et procédé à environ 450 interpellations.

Temps de lecture: 2 min

Dix personnes ont fait l’objet d’une arrestation judiciaire lors de la manifestation des « gilets jaunes », samedi à Bruxelles, indique le parquet.

La police de Bruxelles-Capitale-Ixelles a recensé quelque 1.000 manifestants à Bruxelles et procédé à environ 450 interpellations.

De son côté, le parquet confirme dix arrestations judiciaires. Il s’agit de deux personnes qui faisaient l’objet d’un signalement pour d’autres faits et de huit personnes pour des faits en lien avec la manifestation, dont un mineur.

À lire aussi Vincent de Coorebyter sur les gilets jaunes: «Le peuple considère que ses représentants ont failli»

Des gilets jaunes sont arrivés vers 11h par le parc du Cinquantenaire et se sont retrouvés confrontés à un premier barrage policier à l’entrée de la petite rue de la Loi, qui les a empêchés de rallier le rond-point Schuman. Après quelques tentatives de négociation infructueuses qui se sont soldées par un renfort des rangs policiers, les participants ont fait le tour par l’arrière de ce centre névralgique des institutions européennes et sont montés par la rue de la Loi jusqu’à la petite ceinture.

Quelques affrontements

Dans le même temps, quelques affrontements ont eu lieu rue Montoyer. Ce second groupe a essayé sans succès de descendre vers le rond-point Schuman et s’est finalement rassemblé au carrefour Trône sur la petite ceinture.

Les deux groupes se sont alors rejoints. Ils ont bloqué la circulation sur la petite ceinture entre les carrefours Trône et Art-Loi. Les policiers ont dès lors commencé à avancer leurs rangs. Les deux groupes ont été encadrés distinctement par des policiers à pied et au moins 5 autopompes. Des pavés et de la peinture ont été lancés en direction du barrage de la rue Ducale. Les policiers ont alors répliqué avec de l’eau et des gaz. Les personnes désireuses de quitter la manifestation ont été autorisées à le faire contre un fichage de leurs identités. Certains d’entre eux ont fait valoir qu’ils n’étaient pas en accord avec les casseurs. La police a resserré progressivement les rangs. Des manifestants ont reporté des coups durant ces avancées. Les personnes mobilisées ont été arrêtées une à une, mises au sol en rang puis montées dans les différents cars de police.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Jehin André, dimanche 9 décembre 2018, 10:48

    Dans les débats il ne faut pas oublier les retraités d'aujourd'hui dont le montant de la pension ne représente rien pour autant d'années de travail. Moyenne des pensions +/- 1400€ par mois. Il y a eu une époque au cours de laquelle il était question des revenus du travail trop élevés par rapport au pays voisins. Aujourd'hui par différents systèmes le revenus sont rattrapés et maîtrisé mais le problème maintenant c'est que le coût de la vie est plus élevé en Belgique que dans les pays voisins. Pour agir sur les revenus il fallait en même temps contrôler le coût de la vie et c'est ce que le gouvernement à négliger. Pour ce qui concerne les gilets jaunes, je ne comprends pas les médias qui n'enquêtent pas auprès du gouvernement pour connaître les suites aux revendications. En France Macron interviendra début de la semaine prochaine, il a peut-être enfin compris !

  • Posté par Wilputte Jacques, samedi 8 décembre 2018, 21:55

    Bon et maintenant avec le gouvernement qui joue au Titanic, il n'y aura vraisemblablement plus personne pour dialoguer avec les gilets jaunes. Que vont-ils faire ? camper jusqu'à ce que nous ayons un nouveau gouvernement en juin ( mais de quelle année )

  • Posté par Rousseau Jean-pierre , samedi 8 décembre 2018, 19:21

    Le pire depuis ce week-end, c'est que le F.C. Bruges a perdu contre le dernier du classement. La situation est grave mais pas désespérée. On verra aux play-offs. Je veux dire aux élections. Les français ne veulent plus de Macron. Les belges ne veulent plus de Michel. On fait un échange standard?

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo