Gilets jaunes à Bruxelles: 450 interpellations dont dix arrestations judiciaires (vidéo)

Dix personnes ont fait l’objet d’une arrestation judiciaire lors de la manifestation des « gilets jaunes », samedi à Bruxelles, indique le parquet.

La police de Bruxelles-Capitale-Ixelles a recensé quelque 1.000 manifestants à Bruxelles et procédé à environ 450 interpellations.

De son côté, le parquet confirme dix arrestations judiciaires. Il s’agit de deux personnes qui faisaient l’objet d’un signalement pour d’autres faits et de huit personnes pour des faits en lien avec la manifestation, dont un mineur.

Des gilets jaunes sont arrivés vers 11h par le parc du Cinquantenaire et se sont retrouvés confrontés à un premier barrage policier à l’entrée de la petite rue de la Loi, qui les a empêchés de rallier le rond-point Schuman. Après quelques tentatives de négociation infructueuses qui se sont soldées par un renfort des rangs policiers, les participants ont fait le tour par l’arrière de ce centre névralgique des institutions européennes et sont montés par la rue de la Loi jusqu’à la petite ceinture.

Quelques affrontements

Dans le même temps, quelques affrontements ont eu lieu rue Montoyer. Ce second groupe a essayé sans succès de descendre vers le rond-point Schuman et s’est finalement rassemblé au carrefour Trône sur la petite ceinture.

Les deux groupes se sont alors rejoints. Ils ont bloqué la circulation sur la petite ceinture entre les carrefours Trône et Art-Loi. Les policiers ont dès lors commencé à avancer leurs rangs. Les deux groupes ont été encadrés distinctement par des policiers à pied et au moins 5 autopompes. Des pavés et de la peinture ont été lancés en direction du barrage de la rue Ducale. Les policiers ont alors répliqué avec de l’eau et des gaz. Les personnes désireuses de quitter la manifestation ont été autorisées à le faire contre un fichage de leurs identités. Certains d’entre eux ont fait valoir qu’ils n’étaient pas en accord avec les casseurs. La police a resserré progressivement les rangs. Des manifestants ont reporté des coups durant ces avancées. Les personnes mobilisées ont été arrêtées une à une, mises au sol en rang puis montées dans les différents cars de police.

Les images du rassemblement des gilets jaunes à Bruxelles ce 8 décembre

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite