Crise gouvernementale: «Je continue de soutenir pleinement le Premier ministre», déclare Kris Peeters

Edition numérique des abonnés

Le soutien du vice-premier ministre CD&V Kris Peeters au Premier ministre est «  intact », a-t-il assuré samedi soir à l’agence Belga, après la conférence de presse de la N-VA lors de laquelle Bart De Wever a indiqué que son parti s’estimerait bouté hors du gouvernement en cas de départ de Charles Michel pour Marrakech.

Les ministres N-VA ont quitté le conseil des ministres extraordinaire de samedi soir vers 20h30. Ils étaient arrivés une demi-heure plus tôt au cabinet du Premier ministre pour entendre la proposition que devait formuler Charles Michel à propos du pacte migratoire des Nations Unies.

Les nationalistes flamands ont tenu une conférence de presse au siège du parti, rue Royale 47 à Bruxelles.

Menace de faire tomber le gouvernement ?

Si Charles Michel persiste à vouloir partir ce dimanche à Marrakech pour approuver le pacte migratoire, «  il atterrira en étant le Premier ministre de la coalition de Marrakech  », a indiqué samedi le président de la N-VA Bart De Wever, répétant qu’il n’y avait pas de consensus sur cette question au sein de l’exécutif.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Pacte migratoire|Chef de l'État|Kris Peeters
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le gouvernement modifié peut-il continuer à travailler sans demander la confiance du parlement
?

    Crise gouvernementale: la coalition orange bleue est-elle légitime?

  2. Le roi Albert II n’a jamis changé de discours
: Delphine Boel n’est pas sa fille.

    Grand baromètre: pour une majorité des Belges, l’ex-roi devrait avouer sa paternité

  3. FRANCE-PROTESTS_MACRON-SPEECH (7)

    Gilets jaunes: Macron décrète l’état d’urgence social

Chroniques
  • La mélancolie de Monsieur Loyal

    Et si, une fois de plus, le président Macron se trompait ? Si ce n’était pas l’augmentation des taxes sur le carburant, la stagnation du SMIC ou les « cadeaux aux riches » qui faisaient descendre les Français dans les rues ? Si l’explication était ailleurs ? Les Français ont quitté leurs salons et leurs écrans, tout simplement parce qu’ils s’emmerdent.

    Les mêmes films et les mêmes séries à la télé, entrecoupées des mêmes bêtes pubs, les programmes stupides sur You Tube, recettes de cuisine, maquillage et ados filmant en temps réel leur quotidien banal à mourir. Assez ! Plus rien ne les amuse. Et surtout pas la politique qu’ils adoraient contempler quand elle ressemblait au théâtre de Guignol. Poum ! Pim ! Paf !

    Où est passé le politico-comique ?

    Depuis l’arrivée au pouvoir de la République en Marche, les affaires publiques sont devenues plus soporifiques qu’un bouquin de François Hollande. Le gouvernement est terne, l...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: y en a encore, je vous en remets?

    La crise politique belge n’en finit plus de continuer, elle est incompréhensible, surréaliste et dangereuse. Ce n’est pas que les citoyens soient en colère, c’est peut-être pire : ils ont décroché, ils ne suivent plus. Ils laissent le paquebot des « gouvernement, demi-gouvernement, gouvernement minoritaire, gouvernement en affaires courantes, gouvernement suédois, gouvernement orange bleue, gouvernement légitime, gouvernement non démocratique… » voguer dans ce monde désormais parallèle, cette bulle qui s’appelle la « ...

    Lire la suite