Accueil Belgique Politique

Un gouvernement minoritaire, quelles conséquences?

Le constitutionnaliste Christian Behrendt soutient que le conseil des ministres a constaté qu’il n’y avait pas de consensus pour modifier la ligne du gouvernement. Le Premier doit s’exécuter, et aller à Marrakech. Les ministres N-VA sont « remplacés d’autorité ». Le gouvernement minoritaire se met en place.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Pour Christian Behrendt, constitutionnaliste, professeur à l’Université de Liège, le Premier ministre « peut et doit » aller à Marrakech, au nom de la Belgique…

Les ministres N-VA ont claqué la porte, et les voilà remplacés illico…

Je ne dirais pas qu’ils ont été révoqués, mais qu’ils ont été remplacés d’autorité, parce qu’il fallait aller vite, et parce que des postes régaliens, des postes de commandement, sont en balance, où il faut une continuité sans faille, je pense à l’Intérieur et à la Défense.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Theys Jos, dimanche 9 décembre 2018, 10:59

    Le PM se sert tantôt d'une majorité au parlement sans consensus au gouvernement, tantôt d'une situation inverse. Tout cela gràce au mode d'emploi bleu de la démocratie locale. On laisse le pays sans budget pour briller comme PM puissant d'un état minuscul à une réunion inutile dans le but de promouvoir sa personne.

  • Posté par Roosemont Charles, dimanche 9 décembre 2018, 10:35

    Vu leur expérience, il serait "normal" de voir Decrem à la Défense. Et l'Intérieur pourrait très bien être géré par Alexander De Croo,le roi de BHV ( il faut reconnaître qu'on n'en parle plus ) avec un glissement pour Asile et Migration chez le CD&V . En tous cas, on ne pourra plus parler de "marionnette" de la N-VA. Quant au revenant , future tête de liste en Hainaut au "parti des parvenus" et "son maire -qui-ne siégera-pas-à-l'Europe", faudrait un peu mettre la sourdine, après tout ce qu'on a du vivre ces derniers temps.

  • Posté par Hanocq Christian, dimanche 9 décembre 2018, 9:29

    Deux secrétaires d'Etat remplacent trois ministres... Je suppose que l'un des deux devra gérer deux des trois ministères régaliens qui étaient dévolus à la N-VA ( Défense, Intérieur, Finances) ...

  • Posté par Hanocq Christian, dimanche 9 décembre 2018, 9:29

    Deux secrétaires d'Etat remplacent trois ministres... Je suppose que l'un des deux devra gérer deux des trois ministères régaliens qui étaient dévolus à la N-VA ( Défense, Intérieur, Finances) ...

  • Posté par Hanocq Christian, dimanche 9 décembre 2018, 9:17

    Un cas de figure un peu similaire a eu lieu en 1974 sous le gouvernement Tindemans ( coalition orange-bleue) qui, n'ayant pas 107/212 sièges à la Chambre à l'époque a pu rester en place pendant +/- 3 ans ( élections de 1977) grâce à l'abstention de partis dits " communautaires" ( Rassemblement wallon, ex-FDF, ex-Volksunie) . En cours de législature, le RW a rejoint de manière officielle le gouvernement et obtenu quelques postes ministériels ( j'écris ceci de mémoire, à vérifier pour plus de certitudes ! )

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs