Grand baromètre: qui a le pouvoir au gouvernement? Charles Michel réduit l’écart avec Bart De Wever

Interrogés il y a une dizaine de jours, alors qu’on en était au cœur de la crise provoquée par la N-VA sur la signature du pacte des migrations, les Belges continuaient de penser que Bart De Wever avait plus de pouvoir que Charles Michel.

Charles Michel en progression

À la question : « Qui des deux a le plus de pouvoir ? », 53 % des sondés ont répondu Bart De Wever et 47 % ont répondu Charles Michel. On notera toutefois que le Premier ministre était en passe de casser son image de « marionnette de la N-VA » qui lui colle à la peau depuis qu’il a accepté de créer une coalition avec les nationalistes dans laquelle les francophones sont minoritaires.

En comparaison avec mai 2015, l’écart s’est drastiquement réduit puisqu’à l’époque, 63 % des Belges pensaient que De Wever était celui qui avait le plus de pouvoir.

Une explication de ce rééquilibrage au profit du Premier ministre réside peut-être dans le fait que notre sondage a été réalisé quelques jours après l’annonce qu’il signerait le pacte. Charles Michel avait assuré qu’il n’était nullement question que la Belgique revienne sur sa parole prononcée en septembre dernier à la tribune new-yorkaise de l’ONU, n’en déplaise à la N-VA.

Les Bruxellois sont les plus convaincus

Dans le détail, on voit que Charles Michel a gagné des points sur l’ensemble du territoire passant de 35 à 45 % en Wallonie et de 38 à 47 % en Flandre. Le Premier a particulièrement su convaincre les Bruxellois passant de 36 à 49 %.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite