Smic relevé, heures supplémentaires défiscalisées…: les mesures qu’Emmanuel Macron met en place pour calmer les gilets jaunes

Smic relevé, heures supplémentaires défiscalisées…: les mesures qu’Emmanuel Macron met en place pour calmer les gilets jaunes

Emmanuel Macron a annoncé plusieurs nouveaux gestes lundi soir en réponse au mouvement des «gilets jaunes», assurant entendre une colère «juste à bien des égards» et faisant un mea culpa sur ses propos polémiques qui ont pu «blesser».

Augmentation de 100 euros des salaires au niveau du Smic, exemption de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros par mois, heures sup payées «sans impôts ni charges»: le chef de l’Etat a annoncé plusieurs mesures face à ce qu’il a appelé «l’état d’urgence économique et sociale».

«Je demande au gouvernement et au Parlement de faire le nécessaire afin qu’on puisse vivre mieux de son travail dès le début d’année prochaine. Le salaire d’un travailleur au Smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019 sans qu’il en coûte un euro de plus pour l’employeur», a-t-il affirmé lors de son «adresse à la Nation» télévisée, sans préciser la mesure.

Les heures supplémentaires seront versées«sans impôts ni charges dès 2019», comme cela avait été le cas sous le quinquennat Sarkozy. Le président de la République a également demandé «à tous les employeurs qui le peuvent» de verser «une prime de fin d’année à leurs employés» qui elle aussi sera sans impôt ni charge.

Le chef de l’Etat a également adressé un geste fort aux retraités, «partie précieuse de notre Nation».

«Pour ceux qui touchent moins de 2.000 euros par mois, nous annulerons en 2019 la hausse de la CSG subie cette année. L’effort qui leur a été demandé était trop important et n’était pas juste», a-t-il dit. Jusque-là, seuls les retraités gagnant moins de 1.200 euros environ étaient exemptés.

En revanche, il n’y aura pas de recul concernant de l’ISF.

Mea culpa

Emmanuel Macron a dit lundi soir ressentir comme «juste à bien des égards» la colère des «gilets jaunes» .

Évoquant «40 années de malaise qui ressurgissent», le chef de l’Etat a déclaré: «je sais qu’il m’est arrivé de blesser certains d’entre vous par mes propos».

De nombreux «gilets jaunes» ont accusé le président d’être «méprisant» et «hautain» avec ses «petites phrases» sur les «Gaulois réfractaires», les «fainéants» ou les gens qui ne «sont rien».

«Je prends ma part de cette responsabilité» dans cette crise, a-t-il affirmé. «Il a pu m’arriver de vous donner le sentiment que ce n’était pas mon souci que j’avais d’autres priorités».

Le chef de l’Etat avait condamné au début de son intervention les «violences inadmissibles» qui ont émaillé le mouvement des «gilets jaunes», assurant que «ces violences ne bénéficieront d’aucune indulgence».

Quant au grand débat local de trois mois qui doit débuter la semaine prochaine, «il doit être beaucoup plus large», a affirmé le chef de l’Etat.

Emmanuel Macron ira «rencontrer les maires, région par région» pour bâtir le socle d’un «nouveau contrat pour la nation», estimant qu’il faut aborder «toutes les questions essentielles», liées notamment à une meilleure représentation des courants d’opinion ou à la prise en compte du vote blanc.

«Pour réussir, nous devons nous rassembler et aborder ensemble toutes les questions essentielles à la nation», a déclaré le chef de l’Etat lors de son allocution télévisée, évoquant notamment «la possibilité de voir les courants d’opinion mieux entendus dans leur diversité», mais aussi «la prise en compte du vote blanc, et même que soient admis à participer au débat des citoyens n’appartenant pas à des partis».

(Sur mobile)

Sur le même sujet
Gilets jaunesFinancesParis
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’ambassadeur de la jouissance se révèle surtout un être dévoré d’angoisses.

    Fellini, un gamin de cent ans

  2. Image=d-20170728-3G1Y2T_high

    Comment bien choisir son assurance hospitalisation

  3. PHOTONEWS_10839017-134

    Open d’Australie: qui sera le Joker de Melbourne?

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite