Gilets jaunes: les réactions des politiques à l’allocution d’Emmanuel Macron

Edition numérique des abonnés

Emmanuel Macron s’est exprimé lundi soir après une nouvelle journée de contestation des gilets jaunes samedi. Les salariés au niveau du Smic vont percevoir une hausse de 100 euros par mois « sans qu’il n’en coûte rien à leur employeur » dès 2019 et les retraités touchant moins de 2.000 euros par mois vont être exemptés de la hausse de la CSG, a annoncé Emmanuel Macron dans son « adresse à la Nation » lundi soir.

>Smic relevé, heures supplémentaires défiscalisées…: les mesures qu’Emmanuel Macron met en place pour calmer les gilets jaunes

Dans sa réponse au mouvement des « gilets jaunes », le chef de l’Etat a également annoncé que les heures supplémentaires seront versées « sans impôts ni charges dès 2019 » et demandé aux entreprises « qui le peuvent » de verser une prime de fin d’année qui sera elle aussi défiscalisée et sans charges sociales.

Les politiques ont rapidement réagi. Le Président de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon croit en un « acte V de la révolution samedi prochain ».

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout la France, a lui, dénoncé la « grande comédie » et « l’hypocrisie » d’Emmanuel Macron qui souhaite «  ouvrir un débat sur l’immigration mais a signé le pacte de Marrakech ».

Benoît Hamon estime que les efforts annoncés ne sont pas suffisants. « A 2001€ on est un retraité assez riche pour la payer quand les millionnaires conservent eux l’annulation de leur ISF »

Pour le député Les Républicains, Eric Ciotti, Macron ne donne que des « miettes aux Français ».

Marine Le Pen, salue le renoncement aux «  errements fiscaux », mais critique un « modèle dont il est le champion ».

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Lemaire, a lui, salué « des mesures fortes ». « Le président a su trouver les mots justes ».

Pour le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, «  le Président a entendu la colère. La violence doit cesser et le calme revenir ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite