Le Brésil va se retirer du pacte migratoire

Le Brésil va se retirer du pacte migratoire

Le Brésil va se retirer du Pacte mondial pour les migrations de l’ONU adopté lundi à Marrakech (Maroc) une fois que le président élu d’extrême droite Jair Bolsonaro prendra ses fonctions le 1er janvier, a annoncé lundi son futur chef de la diplomatie.

«Le gouvernement Bolsonaro se dissociera du Pacte mondial pour les migrations qui vient d’être lancé à Marrakech, un instrument qui est inadéquat pour affronter le problème», a déclaré sur Twitter Ernesto Araujo, le futur ministre brésilien des Affaires étrangères.

«L’immigration est bienvenue, mais elle ne doit pas être indiscriminée», et «elle doit être au service des intérêts nationaux et de la cohésion de chaque société», a-t-il ajouté. «L’immigration ne doit pas être traitée comme un sujet global, mais en accord avec la réalité et la souveraineté de chaque pays», a aussi affirmé le futur ministre.

Nouveau signal de rapprochement vers la politique de Trump

En Amérique latine, le Chili et la République dominicaine ont récemment effectué la même démarche de retrait, parmi la quinzaine de pays l’ayant également fait dans le monde. La sortie du Brésil de ce Pacte est un nouveau signal de rapprochement vers la diplomatie de Donald Trump, qui a retiré les Etats-Unis de l’élaboration du texte en décembre 2017.

Tant Jair Bolsonaro qu’Ernesto Araujo ont déjà exprimé leur admiration pour le président américain, et leur souhait de s’aligner sur sa politique extérieure.

M. Bolsonaro, qui succèdera le 1er janvier à Michel Temer, a ainsi annoncé son intention de transférer l’ambassade brésilienne en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, comme l’a fait M. Trump, même si cette décision n’a pas été confirmée. Il a également affiché sa volonté de désengager le Brésil de l’Accord de Paris sur le climat.

M. Araujo, dans sa série de tweets lundi soir, a par ailleurs assuré que son pays continuerait à accueillir les Vénézuéliens «qui fuient le régime Maduro». «Mais ce qui est fondamental, c’est de travailler pour la restauration de la démocratie au Venezuela», a-t-il avancé.

Lors de la cérémonie de Marrakech, le Brésil était représenté par son actuel ministre des Affaires étrangères, Aloysio Nunes, favorable à l’accord. Ce texte, destiné à renforcer la coopération internationale pour une «migration sûre, ordonnée et régulière», doit encore faire l’objet d’un ultime vote de ratification le 19 décembre à l’Assemblée générale des Nations unies.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite