Le Brésil va se retirer du pacte migratoire

Le Brésil va se retirer du pacte migratoire

Le Brésil va se retirer du Pacte mondial pour les migrations de l’ONU adopté lundi à Marrakech (Maroc) une fois que le président élu d’extrême droite Jair Bolsonaro prendra ses fonctions le 1er janvier, a annoncé lundi son futur chef de la diplomatie.

«Le gouvernement Bolsonaro se dissociera du Pacte mondial pour les migrations qui vient d’être lancé à Marrakech, un instrument qui est inadéquat pour affronter le problème», a déclaré sur Twitter Ernesto Araujo, le futur ministre brésilien des Affaires étrangères.

«L’immigration est bienvenue, mais elle ne doit pas être indiscriminée», et «elle doit être au service des intérêts nationaux et de la cohésion de chaque société», a-t-il ajouté. «L’immigration ne doit pas être traitée comme un sujet global, mais en accord avec la réalité et la souveraineté de chaque pays», a aussi affirmé le futur ministre.

Nouveau signal de rapprochement vers la politique de Trump

En Amérique latine, le Chili et la République dominicaine ont récemment effectué la même démarche de retrait, parmi la quinzaine de pays l’ayant également fait dans le monde. La sortie du Brésil de ce Pacte est un nouveau signal de rapprochement vers la diplomatie de Donald Trump, qui a retiré les Etats-Unis de l’élaboration du texte en décembre 2017.

Tant Jair Bolsonaro qu’Ernesto Araujo ont déjà exprimé leur admiration pour le président américain, et leur souhait de s’aligner sur sa politique extérieure.

M. Bolsonaro, qui succèdera le 1er janvier à Michel Temer, a ainsi annoncé son intention de transférer l’ambassade brésilienne en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, comme l’a fait M. Trump, même si cette décision n’a pas été confirmée. Il a également affiché sa volonté de désengager le Brésil de l’Accord de Paris sur le climat.

M. Araujo, dans sa série de tweets lundi soir, a par ailleurs assuré que son pays continuerait à accueillir les Vénézuéliens «qui fuient le régime Maduro». «Mais ce qui est fondamental, c’est de travailler pour la restauration de la démocratie au Venezuela», a-t-il avancé.

Lors de la cérémonie de Marrakech, le Brésil était représenté par son actuel ministre des Affaires étrangères, Aloysio Nunes, favorable à l’accord. Ce texte, destiné à renforcer la coopération internationale pour une «migration sûre, ordonnée et régulière», doit encore faire l’objet d’un ultime vote de ratification le 19 décembre à l’Assemblée générale des Nations unies.

À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la présidence, Olivier Chastel a accepté le jeu de rôles avec son ami Charles. «
Je ne me suis jamais dit que j’étais le maître absolu du MR.
»

    Chastel, le politique qui ne voulait être ni ministre ni président

  2. Environ 80 tombes du cimetière juif de Quatzenheim, en Alsace ont été découvertes profanées mardi.

    Antisémitisme en France: «Les rassemblements, c’est bien mais est-ce que ce sera utile? Non»

  3. PEOPLE-LAGERFELD_

    Décès de Lagerfeld: la quête du Saint Karl a pris fin

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 19: et si nos animaux aussi se mettaient au défi?

    Par Louise Tessier

    Sous-produits d’animaux, additifs, sucres… Si notre alimentation est parfois remplie de produits douteux, les croquettes pour chiens et chats achetées dans les grandes surfaces cachent aussi de belles surprises. Selon une étude du vétérinaire belge Gérard Lippert, les chiens qui ne mangent que des aliments industriels vivent en moyenne trois ans de moins que les autres. Ah oui, quand même.

    Si je n’ai actuellement pas d’animaux à la maison, je me suis dis que le sujet valait tout de même le coup d’être abordé pour le million de ménages belges qui, eux, ont une boule de poils. En Belgique, la population estimée de chats est de 2,2 millions, et le nombre de chiens approche les 1,5 million selon les chiffres de 2013 ! Un sacré business pour l’industrie de la pet food.

    Face aux croquettes pleines d’ingrédients mystérieux, une nouvelle mode d’alimentation naturelle appelée BARF a fait surface. Par...

    Lire la suite

  • Charles Michel assume Charles Michel

    Personne ne pourra dire que Charles Michel s’est débiné, qu’il a laissé à d’autres le soin de porter le bilan de ce gouvernement si particulier et si controversé dans le camp francophone.

    Son parti ne devra pas assumer pour lui cette participation totalement minoritaire au fédéral. Ni d’avoir été le compagnon de route fidèle et enthousiaste (encore aujourd’hui) de la N-VA. C’est lui, Charles Michel, Premier ministre et président de parti, qui fera le « job ». L’opposition rêve de le mettre...

    Lire la suite