Affaire Nassar: un rapport accable le comité olympique américain, qui aurait tenté d’étouffer le scandale

©Photonews
©Photonews

Un rapport publié lundi a pointé du doigt le laxisme du comité olympique des États-Unis (USOC) face aux agissements de l’ancien médecin de l’équipe américaine de gymnastique féminine Larry Nassar, reconnu coupable de centaines d’agressions sexuelles sur des athlètes.

Le rapport de 233 pages, commandé par l’USOC et réalisé par un cabinet d’avocats, accuse de hauts responsables du comité olympique américain d’avoir tardé à réagir après les premières accusations entourant Nassar en 2015 et d’avoir cherché à étouffer le scandale, qui a éclaté au grand jour fin 2016.

Des directeurs visés pour leur inaction

L’ancien directeur général de l’USOC Scott Blackmun, qui a démissionné en février, et l’actuel directeur de la performance sportive du comité olympique américain Alan Ashley sont directement visés pour leur inaction. Les deux hommes n’auraient pas pris les mesures nécessaires après avoir été alertés, dès juillet 2015, par l’ancien directeur de la fédération américaine de gymnastique Steve Penny.

Nassar a été condamné à perpétuité en début d’année pour avoir commis des abus sexuels sur plus de 250 athlètes, dont plusieurs membres des équipes olympiques américaines de gymnastique féminine de 2012 à 2016.

Pour établir leur rapport, les enquêteurs ont réalisé une centaine d’entretiens, dont plusieurs avec des responsables anciens et actuels de l’USOC et de la fédération américaine de gymnastique, et ont consulté plus de 1,3 million de documents pendant de plus de 10 mois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN-EU-POLITICS-BREXIT-ROYALS

    Royaume-Uni: un discours royal pour rien?

  2. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  3. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite