François Bailly nommé rédacteur en chef de L’Echo

© Twitter
© Twitter

François Bailly (33 ans) a été nommé rédacteur en chef de L’Echo. Il a été sélectionné au terme d’une procédure de recrutement interne dans la foulée du départ de son prédécesseur Joan Condijts. Journaliste à l’Echo depuis 2008, François Bailly avait fait un bref détour par Base (Telenet), avant de rejoindre à nouveau le quotidien économique en tant que « Newsmanager ». Cette expérience de gestion de l’info a très certainement pesé dans le choix de la direction, soucieuse d’accélérer le processus de transition numérique du journal. Depuis quelques mois, il tient également une chronique économique sur les ondes de Bel RTL

>Le rédacteur en chef Joan Condijts et Martin Buxant quittent L’Echo pour développer un nouveau média

Le 23 octobre dernier, Joan Condijts et Martin Buxant avaient annoncé leur départ de L’Echo et le lancement d’un nouveau média télé et en ligne, LN24. Fort d’un apport de capital de 4,5 millions, LN24 ambitionne de devenir la première chaîne d’info en continu en Belgique, francophone dans un premier temps. L’Echo perdait alors deux figures emblématiques de sa transformation récente. Joan Condijts avait en effet relevé le pari d’élargir le champ éditorial du quotidien économique et financier vers la politique, la société et la culture. François Bailly aura certainement à charge de poursuivre cette formule, dont les effets sur l’audience et les ventes ont été tangibles.

L’Echo cherche toujours à remplacer Martin Buxant, la figure politique du journal qui aura contribué à asseoir sa réputation. Les candidatures sont, ici, ouvertes à l’extérieur de la rédaction.

« Notre plan pour L’Echo est clair et il va à contre-courant de la tendance négative observée dans le secteur de la presse belge francophone : nous prévoyons résolument d’investir, durant les prochaines années, dans le journalisme de qualité et dans l’innovation digitale. En choisissant François Bailly comme rédacteur en chef, nous optons pour un talent maison qui incarne ces valeurs et qui a toujours pris le pli d’un journalisme de profondeur. En tant que “digital native », il détient également les atouts pour répondre aux attentes de nos lecteurs qui nous lisent de plus en plus en ligne et sur le mobile », souligne Isabel Albers, directrice des rédactions de Mediafin (qui édite L’echo et de Tijd).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite