Trump dilue une loi qu’il juge «horrible» contre les pesticides

© AFP
© AFP

L’administration américaine a présenté mardi une vaste réforme de la loi sur la qualité de l’eau, une promesse de Donald Trump aux agriculteurs et aux promoteurs qui dénonçaient des normes environnementales trop strictes.

La nouvelle Loi sur la propreté de l’eau (Clean Water Act) doit «  annuler et remplacer » celle mise en place en 2015 par l’administration Obama et saluée par les défenseurs de l’environnement. Elle limitait les rejets de pesticides ou de fertilisants sur de vastes zones humides, allant des grands fleuves aux marais situés dans des propriétés privées.

Les Etats-Unis redonnent leur feu vert à un pesticide controversé

La loi avait été qualifiée d’«  horrible » par le président Trump, estimant qu’elle empêchait le développement économique des régions rurales du pays, une partie importante de sa base électorale.

Objet de nombreux recours juridiques, elle n’était toutefois appliquée que dans 22 Etats sur 50.

Un pouvoir plus grand aux mains des Etats

La nouvelle loi, préparée par l’Agence fédérale de l’environnement (EPA), apporte une définition plus stricte des zones sous contrôle fédéral, comme les grandes voies de navigation, leurs affluents, certains lacs et réservoirs de barrage. Elle laisse aux Etats – aux législations parfois plus laxistes – le contrôle des cours d’eau et bassins «  éphémères », créés par les précipitations, ainsi que de certains lacs artificiels.

Cette nouvelle définition «  met fin à l’abus de pouvoir de la précédente administration », a affirmé le chef par intérim de l’EPA, Andrew Wheeler, un ancien lobbyiste des secteurs du charbon et de l’énergie. Les précédentes normes conféraient ce pouvoir « aux mains du gouvernement fédéral aux dépens des agriculteurs, des promoteurs et des propriétaires terriens », a-t-il ajouté.

La proposition de loi devrait être mise en application en 2019, selon l’EPA.

Depuis le début de son mandat, Donald Trump a défait méthodiquement le bilan environnemental des huit années de la présidence de Barack Obama.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite