Trump dilue une loi qu’il juge «horrible» contre les pesticides

© AFP
© AFP

L’administration américaine a présenté mardi une vaste réforme de la loi sur la qualité de l’eau, une promesse de Donald Trump aux agriculteurs et aux promoteurs qui dénonçaient des normes environnementales trop strictes.

La nouvelle Loi sur la propreté de l’eau (Clean Water Act) doit «  annuler et remplacer » celle mise en place en 2015 par l’administration Obama et saluée par les défenseurs de l’environnement. Elle limitait les rejets de pesticides ou de fertilisants sur de vastes zones humides, allant des grands fleuves aux marais situés dans des propriétés privées.

Les Etats-Unis redonnent leur feu vert à un pesticide controversé

La loi avait été qualifiée d’«  horrible » par le président Trump, estimant qu’elle empêchait le développement économique des régions rurales du pays, une partie importante de sa base électorale.

Objet de nombreux recours juridiques, elle n’était toutefois appliquée que dans 22 Etats sur 50.

Un pouvoir plus grand aux mains des Etats

La nouvelle loi, préparée par l’Agence fédérale de l’environnement (EPA), apporte une définition plus stricte des zones sous contrôle fédéral, comme les grandes voies de navigation, leurs affluents, certains lacs et réservoirs de barrage. Elle laisse aux Etats – aux législations parfois plus laxistes – le contrôle des cours d’eau et bassins «  éphémères », créés par les précipitations, ainsi que de certains lacs artificiels.

Cette nouvelle définition «  met fin à l’abus de pouvoir de la précédente administration », a affirmé le chef par intérim de l’EPA, Andrew Wheeler, un ancien lobbyiste des secteurs du charbon et de l’énergie. Les précédentes normes conféraient ce pouvoir « aux mains du gouvernement fédéral aux dépens des agriculteurs, des promoteurs et des propriétaires terriens », a-t-il ajouté.

La proposition de loi devrait être mise en application en 2019, selon l’EPA.

Depuis le début de son mandat, Donald Trump a défait méthodiquement le bilan environnemental des huit années de la présidence de Barack Obama.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite