Trump dilue une loi qu’il juge «horrible» contre les pesticides

© AFP
© AFP

L’administration américaine a présenté mardi une vaste réforme de la loi sur la qualité de l’eau, une promesse de Donald Trump aux agriculteurs et aux promoteurs qui dénonçaient des normes environnementales trop strictes.

La nouvelle Loi sur la propreté de l’eau (Clean Water Act) doit «  annuler et remplacer » celle mise en place en 2015 par l’administration Obama et saluée par les défenseurs de l’environnement. Elle limitait les rejets de pesticides ou de fertilisants sur de vastes zones humides, allant des grands fleuves aux marais situés dans des propriétés privées.

Les Etats-Unis redonnent leur feu vert à un pesticide controversé

La loi avait été qualifiée d’«  horrible » par le président Trump, estimant qu’elle empêchait le développement économique des régions rurales du pays, une partie importante de sa base électorale.

Objet de nombreux recours juridiques, elle n’était toutefois appliquée que dans 22 Etats sur 50.

Un pouvoir plus grand aux mains des Etats

La nouvelle loi, préparée par l’Agence fédérale de l’environnement (EPA), apporte une définition plus stricte des zones sous contrôle fédéral, comme les grandes voies de navigation, leurs affluents, certains lacs et réservoirs de barrage. Elle laisse aux Etats – aux législations parfois plus laxistes – le contrôle des cours d’eau et bassins «  éphémères », créés par les précipitations, ainsi que de certains lacs artificiels.

Cette nouvelle définition «  met fin à l’abus de pouvoir de la précédente administration », a affirmé le chef par intérim de l’EPA, Andrew Wheeler, un ancien lobbyiste des secteurs du charbon et de l’énergie. Les précédentes normes conféraient ce pouvoir « aux mains du gouvernement fédéral aux dépens des agriculteurs, des promoteurs et des propriétaires terriens », a-t-il ajouté.

La proposition de loi devrait être mise en application en 2019, selon l’EPA.

Depuis le début de son mandat, Donald Trump a défait méthodiquement le bilan environnemental des huit années de la présidence de Barack Obama.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite