«Cela suffit les querelles byzantines»: Ecolo réclame une politique climatique ambitieuse

© Belga
© Belga

Ecolo et Groen ont annoncé lors d’une conférence de presse ce mardi matin déposer une proposition de résolution, à la Chambre, visant à mettre en œuvre une politique climatique ambitieuse.

La résolution des verts demande au gouvernement de rejoindre le groupe des pays européens qui se montrent les plus entreprenants en termes de réduction des gaz à effet de serre; de plaider au niveau européen pour une réduction des gaz à effet de serre à 55% à l’horizon 2030 et à 95% à l’horizon 2050, cela par rapport aux émissions de 1990; enfin, de traduire tout cela dans le Plan national Energie-Climat 2030.

Les verts insistent: « Le Parlement doit travailler » . Georges Gilkinet: « Cela suffit les querelles byzantines, il faut trouver des majorités utiles, maintenant sur le climat, comme nous l’avons fait sur le pacte des migrations, et comme il faudra le faire sur des questions sociales » . Cela étant, le Premier ministre du gouvernement minoritaire ne doit-il pas demander la confiance du Parlement avant que celui-ci puisse opérer? Les verts – comme tous les partis représentés à la Chambre – auront une entrevue avec Charles Michel aujourd’hui, ils aviseront, mais l’essentiel, ont-ils souligné, c’est que le Parlement agisse.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite