Accueil Monde Union européenne

Le tribunal européen annule en partie les tests de pollution des autos

Le coefficient de correction accordé par la Commission européenne aux constructeurs automobiles pour leurs tests de pollution en condition réelle est illégal, disent les juges européens. Une victoire pour les plaignants : Bruxelles, Paris et Madrid.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Victoire pour les villes de Bruxelles et de Paris devant le tribunal européen. Celui-ci a annulé partiellement un règlement de la Commission dans lequel celle-ci relève les limites d’émissions d’oxydes d’azote dans les essais des voitures et des camionnettes neuves.

Les deux villes, rejointes par Madrid avaient qualifié le règlement de « permis de polluer ». Il permet aux fabricants de voitures et utilitaires légers de dépasser de 110 % la limite de 80 mg/km de NOx (Euro 6, fixée dans une directive de 2007) lors des tests des véhicules en situation réelle (RDE). Ce « coefficient de correction » devait être ramené à 50 % à partir de 2020. En fin de compte, protestaient les plaignants, le plafond théorique légal de 80 mg devenait un plafond de 168 mg/km puis de 120 mg/km. « Une régression environnementale et pour la santé humaine ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lahaye Olivier, jeudi 13 décembre 2018, 12:51

    Il semblerait que la justice essayerait de bloquer des lobbys. Pourvu que cela dure.

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs