Accueil Monde Union européenne

Brexit: le «no deal» devient un scénario de plus en plus probable

La rencontre entre Theresa May et les 27 débouche sur un constat imparable : l’accord ne sera (pour l’instant) pas renégocié. Mais il ne sera jamais adopté à Westminster.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 5 min

Cinquante-trois minutes d’échanges entre les 27 et Theresa May. Puis presque trois heures de discussion entre eux sans la Première ministre britannique. Tout cela pour envisager si l’UE peut fournir des garanties, les plus formelles voire contraignantes possibles selon les vœux des Britanniques, que le fameux « backstop » pour l’Irlande ne soit jamais mis en œuvre. (Il s’agit du dispositif destiné à éviter la réapparition d’une frontière et de douanes entre l’Irlande du Nord et la république d’Irlande.)

À l’arrivée, aucune « déclaration interprétative » des 27 par rapport à l’accord de retrait dûment conclu mais que Theresa May n’ose pas soumettre à son parlement. Et les cinq paragraphes des conclusions qui avaient été préparées à ce sujet ont encore été élagués par rapport à ce qu’espérait la Première ministre britannique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par delpierre bernard, vendredi 14 décembre 2018, 20:50

    Quel gâchis mais à force de laisser les menteurs (notamment Cameron et Farage) jouer les apprentis sorciers avec l'avenir soi-disant glorieux du Royaume-Uni en sortant de la CE, la patate chaude est passée à Theresa May qui s'évertue maintenant de rogner l'accord signé par les deux parties pour échapper au"no deal" qui sera la suite inévitable de l'aveuglement des députés...Mais ce n'est que le début , l'Écosse sera en pointe pour se rattacher à la CE et ne parlons pas des risques énormes dans les relations entre l'EIRE et l'Irlande du nord...c'est à se demander si le précepte latin "Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre" s'applique aujourdhui aux dirigeants britanniques.

  • Posté par delpierre bernard, vendredi 14 décembre 2018, 20:50

    Quel gâchis mais à force de laisser les menteurs (notamment Cameron et Farage) jouer les apprentis sorciers avec l'avenir soi-disant glorieux du Royaume-Uni en sortant de la CE, la patate chaude est passée à Theresa May qui s'évertue maintenant de rogner l'accord signé par les deux parties pour échapper au"no deal" qui sera la suite inévitable de l'aveuglement des députés...Mais ce n'est que le début , l'Écosse sera en pointe pour se rattacher à la CE et ne parlons pas des risques énormes dans les relations entre l'EIRE et l'Irlande du nord...c'est à se demander si le précepte latin "Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre" s'applique aujourdhui aux dirigeants britanniques.

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 14 décembre 2018, 14:42

    Cela suffit! Voilà déjà quatre ans ou presque que les British promènent tout le monde comme ils sifflent! C'était d'abord David Cameron qui obligeait l'UE à négocier une sorte de statut un pied dedans un pied dehors avec la menace du référendum du Brexit, puis l'incroyable muflerie du référendum en question, le vote du Brexit sur base d'une campagne au vinaigre des mensonges et des manipulations grossières, suite à quoi on a négocié deux ans avec Mme May pour trouver un entre deux entre une sortie brutale non négociée et un maintien devenu impossible. Et voilà que Mme May au terme de la négociation croit pouvoir continuer à faire danser l'UE comme elle siffle. Il est temps en effet de siffler la fin de la partie. Il reste trois possibilités sur la table (le Remain, le Brexit suivant l'accord de novembre et le Brexit hard), que les British se débrouille pour nous apporter leur réponse. Il n'est plus temps de continuer à négocier avec un pays incapable de respecter sa parole et pour qui ce n'est jamais assez! Puisque les British veulent aller au suicide collectif. Bon vent!

  • Posté par Demey Michel, vendredi 14 décembre 2018, 14:26

    Ce qui est navrant, c'est que tout cela repose sur une énormité mensongère de la part de Mr Farage!! Queles Britanniques soient mieux informés, qu'ils retournent aux urnes pour un référendum clair et loyal et qu'on arrête cette mascarade de brexit qui a assez duré et fait perdre trop de temps et d'argent!!!

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs