Accueil Belgique

La finesse, une qualité indispensable

Du 100 % belge, du belge calibré en Chine, de l’import de Chine : autant de formules que de qualités propres et d’utilisations différentes. Sans oublier les boyaux synthétiques, qui commencent eux aussi à s’en mettre plein les fouilles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Pour André De Winter, patron de Van Hessen Belgium, « le boyau naturel est le plus délicieux ». Henri Berghmans, artisan boyaudier anderlechtois, confirme : « Rien de mieux que le naturel ! »

Pourtant, on trouve également des boyaux en cellulose, en plastique et en collagène. Ce dernier, produit à base de peau de bœuf, entre en concurrence avec le naturel. « Son coût de fabrication est plus élevé, mais la productivité est bien plus importante », reconnaît André De Winter, tout en le dénigrant : « C’est du chewing-gum ! » Et Henri Berghmans de renchérir : « C’est impossible à cuire ! » Les raisons de son succès ? Il remplace bien le boyau naturel de bœuf, qu’il faut essentiellement importer d’Amérique du Sud et qui coûte très cher.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs