Accueil Société

Les organisateurs de la «marche contre Marrakech» introduisent un recours devant le Conseil d’État

La « marche contre Marrakech » qui devait avoir lieu, ce dimanche, à Bruxelles, a été interdite par les autorités mais les organisateurs veulent la maintenir.

Temps de lecture: 1 min

Plusieurs associations de droite et d’extrême droite et leurs sections « jeunes » ont annoncé, la semaine dernière, leur intention d’organiser une «marche contre Marrakech» dans les rues de la capitale pour dénoncer le Pacte onusien sur les migrations. L’association des étudiants catholiques flamands (KVHV) mais aussi l’association des étudiants nationalistes (NSV) ainsi que les membres de Schild &Vrienden, du Voorpost ou encore les jeunes du Vlaams Belang avaient d’ores et déjà répondu présent mais pour les autorités, il est «  hors de question de laisser une marche brune se dérouler à Bruxelles ». Le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close et le ministre-président Vervoort ont signé un arrêté interdisant toute manifestation dans la capitale bruxelloise.

Selon HLN, le président de l’association KVHV a entamé via son avocat une procédure d’urgence auprès du Conseil d’État évoquant des raisons politiques sans fondement juridique pour pouvoir organiser cette marche.

Le porte-parole du Conseil d’État, Eric Brewaeys, a confirmé qu’une procédure d’urgence avait été soumise et qu’un avis serait rendu avant dimanche.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 14 décembre 2018, 20:39

    Que la Flandre qui a décidé sans honte de verser dans la xénophobie insupportable de nouveaux riches mals dégrossis se garde son racisme puant pour elle-même. Ils veulent manifester? Qu'ils aillent donc manifester sous les fenêtre de leur Duce à Anvers! Raus, sales nazis!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko