Les organisateurs de la «marche contre Marrakech» introduisent un recours devant le Conseil d’État

Les organisateurs de la «marche contre Marrakech» introduisent un recours devant le Conseil d’État

Plusieurs associations de droite et d’extrême droite et leurs sections « jeunes » ont annoncé, la semaine dernière, leur intention d’organiser une «marche contre Marrakech» dans les rues de la capitale pour dénoncer le Pacte onusien sur les migrations. L’association des étudiants catholiques flamands (KVHV) mais aussi l’association des étudiants nationalistes (NSV) ainsi que les membres de Schild &Vrienden, du Voorpost ou encore les jeunes du Vlaams Belang avaient d’ores et déjà répondu présent mais pour les autorités, il est «  hors de question de laisser une marche brune se dérouler à Bruxelles ». Le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close et le ministre-président Vervoort ont signé un arrêté interdisant toute manifestation dans la capitale bruxelloise.

Selon HLN, le président de l’association KVHV a entamé via son avocat une procédure d’urgence auprès du Conseil d’État évoquant des raisons politiques sans fondement juridique pour pouvoir organiser cette marche.

Le porte-parole du Conseil d’État, Eric Brewaeys, a confirmé qu’une procédure d’urgence avait été soumise et qu’un avis serait rendu avant dimanche.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite