Accueil Société

COP24: la Belgique continue à naviguer en marge de l’ambition climatique

A la COP24, la Belgique a confirmé ses divisions internes sur la politique climatique. Et au final s’est tenue à l’écart des pays les plus ambitieux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Malgré les déclarations de plusieurs responsables politiques, dont le Premier ministre Charles Michel (MR), la Belgique s’est tenue à l’écart des pays les plus ambitieux sur le dossier climatique. Au dernier jour de la COP24, le sommet mondial sur le climat, il est finalement apparu que notre pays ne rejoindrait pas une coalition (autoproclamée à « haute ambition ») d’une trentaine de pays réclamant des politiques climatiques nationales et internationales plus ambitieuses. L’affaire a suscité un certain émoi parmi les délégués belges. La Wallonie, Bruxelles et le fédéral avaient tous trois soutenu l’adhésion de la Belgique à ce club de « superhéros du climat » comme les a qualifiés CNN. Le gouvernement flamand est longtemps resté muet sur la question puis, mis sous pression par la Région bruxelloise, a finalement refusé que la Belgique signe l’appel de la coalition. Un débat dans lequel le fédéral a bien pris soin de ne pas s’impliquer…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, samedi 15 décembre 2018, 12:51

    Logique. Quand on a quitté la manifestation pour le climat, les trains retournant vers la Wallonie et plus particulièrement vers Liège étaient bondés jusque tard dans la nuit. A 16h, j'ai observé plusieurs trains allant vers la Flandre (Anvers, Gand, la mer), ils n'étaient même pas remplis. Et ça, le gouvernement flamand le sait aussi.

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 15 décembre 2018, 5:23

    Une histoire belge : imaginez - une fois - l'embarras des Polonais recevant la délégation belge à Katowice pour la COP24 : 4 ministres ! Heureusement que, proportionnellement, la France n'ait pas envoyé 24 ministres, l'Allemagne 28, la Russie 56, le Nigeria 72 et la Chine ...125. C'aurait quand même été chouette, un petit village de 1000 ministres. La Belgique n'est plus le pays du surréalisme, mais le royaume du ridicule !

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs