L’action des gilets jaunes à Bruxelles est terminée, «pas de dégâts ni de blessés» selon la police

© Silvain Piraux © Le Soir
© Silvain Piraux © Le Soir

La manifestation des gilets jaunes s’est terminée samedi peu après 16h. Aucune confrontation avec la police n’a été rapportée. Les forces de l’ordre étaient massivement présentes, tandis que les manifestants étaient bien moins nombreux que les week-ends précédents.

Des gilets jaunes se sont d’abord réunis au carrefour Arts-Loi, d’où ils ont été amenés sous escorte policière place du Luxembourg. La place avait été sécurisée par la police, mais après un moment de calme, les manifestants ont été autorisés à entreprendre une manifestation mobile dans la capitale. Il leur a notamment été permis d’occuper quelques instants le croisement de la rue Belliard et de l’avenue des Arts.

Le rassemblement a été dissous peu après 16h.

► Gilets jaunes à Bruxelles : des membres du parti d’extrême droite Nation ont intégré le rassemblement

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite