Boxe: Canelo Alvarez impitoyable pour décrocher la ceinture WBA des super-moyens

©AFP
©AFP

Et donc c’est fait, Alvarez a conquis à 28 ans des ceintures mondiales dans trois catégories différentes (super-welters, moyens et super-moyens), comme ses illustres compatriotes Julio Cesar Chavez, Marco Antonio Barrera ou Juan Manuel Marquez.

Après avoir détrôné Gennady Golovkin de ses titres WBA et WBC des moyens en septembre, Alvarez avait décidé de prendre quelques kilogrammes pour passer dans la catégorie supérieure et défier Fielding, qui défendait sa couronne WBA pour la première fois après une victoire en juillet contre l’Allemand Tyron Zeuge. Mais samedi sur le ring, c’est le tenant britannique qui n’a pas fait le poids.

Dès la première reprise, Alvarez a obligé son adversaire à poser un genou à terre d’un crochet du gauche au foie et il n’a plus perdu le contrôle du match. Un nouveau coup au corps a renvoyé Fielding au tapis dans la deuxième reprise et après deux knock-downs supplémentaires dans la troisième, l’arbitre a mis fin au combat sur KO technique. « Je pensais qu’il se mettrait hors de ma distance, mais j’ai eu de la chance, il ne l’a pas fait », a commenté Alvarez. « Il a attaqué et j’ai travaillé. Mon plan était de frapper au corps. Et voilà le résultat ! »

Fielding avait bien une allonge et une taille supérieures, mais il n’avait pas la puissance pour s’opposer au punch et à la vitesse de son adversaire. L’arbitre Ricky Gonzalez a rapidement constaté que le combat était à sens unique et potentiellement dangereux pour le Britannique. Il a ainsi pris la décision de déclarer Alvarez vainqueur alors qu’il restait encore 22 secondes dans le 3e round, mais que Fielding se relevait d’un second knock-down dans ce round, déjà le 4e depuis le début du combat.

Vers un 3e acte contre Golovkin

Le Mexicain affiche désormais un palmarès de 51 victoires dont 35 par KO, 1 défaite et 2 nuls. À 31 ans, le boxeur de Liverpool (27 victoires et 2 défaites) n’était certes pas favori face au bouillant Mexicain, mais il pouvait espérer que ce dernier éprouverait des difficultés à s’adapter à la catégorie des super-moyens dans laquelle il combattait pour la première fois…

Pas du tout ! « Je me suis senti bien et fort. Je veux les meilleurs combats et faire ce qu’il faut pour que mon nom soit en haut de l’affiche », a lancé Canelo (son surnom en raison de sa chevelure rousse) qui ne devrait pas s’éterniser chez les super-moyens, mais redescendre dans sa catégorie des moyens.

Un troisième duel contre Golovkin est ainsi envisagé pour l’an prochain. « Il me semble que (la question de supériorité avec Golovkin) a été réglée avec ma victoire le 15 septembre, j’ai prouvé que j’étais le meilleur. Mais nous avons fait deux grands combats (le premier en septembre 2017 s’était conclu par un nul controversé tant Golovkin avait dominé, ndlr), ce n’est pas un secret, et si les gens le veulent, on peut le refaire », a déclaré Alvarez qui a purgé cette année une suspension de 6 mois pour dopage après un contrôle positif en mars.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite