Les Red Lions sacrés champions du monde de hockey après leur victoire sur les Pays-Bas en finale (vidéos)

La Belgique est devenue championne du monde de hockey pour la première fois de son histoire, dimanche, à Bhubaneswar, en Inde. Les Red Lions ont battu les Pays-Bas aux shoot-out 3-2. Le match s’était achevé sur le score de 0-0. Les Red Lions disputaient, toutes compétitions confondues, la quatrième finale de leur histoire après celles des Jeux olympiques 2016 et de l’Euro en 2013 et 2017. À chaque fois, les Belges s’étaient inclinés.

Suivez l’actualité du hockey sur gazon toute l’année ICI

Toujours invaincue dans le tournoi après les six premières rencontres, la Belgique a directement porté le danger du côté du cercle des champions d’Europe. Dès la 2e minute Simon Gougnard envoyait un revers en hauteur qui léchait le poteau gauche de Pirmin Blaak, le gardien des Oranje, tandis que Tom Boon, bien positionné, ne parvint pas à dévier son envoi.

Les pénétrations dans le cercle se succédèrent mais sans ouverture du score dans le premier quart-temps. Les Pays-Bas prirent à leur compte la possession de balle dans le quart suivant, les hommes de Shane McLeod tentant d’apporter le danger en contre. Les actions s’amplifièrent, mais à chaque fois, les défenses, bien en place, écartaient les tentatives. Le premier penalty corner (pc) tomba à une minute du repos pour les Néerlandais.

La phase fut contrée par les défenseurs de Vincent Vanasch, peu mis à contribution jusque-là. Dans les dernières secondes, un 2e pc fut contesté à tort par les Red Lions perdant ainsi le droit d’encore recourir à cet important outil qu’est l’arbitrage vidéo. Les deux équipes, avec pourtant deux des meilleures attaques du tournoi avec 22 buts chacun, rentraient donc dos à dos sur un score nul aux vestiaires.

Une séance de shoot-out mouvementée

Une récupération de balle de Victore Wegnez deux minutes après la reprise amena un tir de Thomas Briels, bien arrêté par Blaak. Les deux blocs continuèrent de s’observer. Sur une nouvelle action de Wegnez, Sebastien Dockier tira bien à côté. Dans la dernière minute Vanasch vit avec bonheur un tir de revers de Micro Prijser passé à quelques millimètres de son poteau droit.

Aucune des deux meilleures équipes européennes du moment ne trouva assez d’espace pour faire la différence dans le 4e et dernier quart. Sur une passe de Felix Denayer, Nicolas De Kerpel signait le dernier tir de la partie à deux minutes du terme, mais son envoi touchait le poteau extérieur de la cage néerlandaise. Après 60 minutes de jeu le marquoir indiquait donc toujours un nul 0-0. La Belgique les Pays-Bas allaient donc se disputer le titre mondial aux shoot-outs.

Arthur Van Doren et Felix Denayer manquaient les deux premiers essais belges, tandis que Jeroen Hertzberger convertissait le sien. Van Aubel et Wegnez rétablissaient ensuite l’égalité, avant qu’Arthur De Sloover ne pense avoir marqué le but décisif, mais un recours à la vidéo des Néerlandais remit tout en question. Qu’importe, Van Aubel y alla d’un deuxième shoot-out converti alors que le tir d’Hertzberger filait au-dessus de la cage de Vanasch.

Avec ce succès à l’arrachée, la Belgique décroche son premier titre mondial, après deux médailles d’argent continentales (en 2013 et 2017) et un titre de vice-champion olympique (en 2016 à Rio), marquant ainsi l’histoire du sport belge en devant la première équipe d’une discipline collective à devenir championne du monde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite