Victor Wegnez aux anges après le sacre des Red Lions en Coupe du monde: «C’est la plus belle journée de ma vie»

afp
afp

Ils couraient derrière l’objectif de remporter un grand tournoi depuis quelques années, mais quand au bout du suspense des shoot-outs, Florent Van Aubel a inscrit le but décisif de la Coupe du monde de hockey, aidé ensuite par Vincent Vanasch qui s’est opposé au dernier tir néerlandais, les Red Lions ont pu exulter avec le trophée planétaire entre leurs mains.

« C’est la plus belle journée de ma vie, je peux mourir demain ce n’est pas grave », rigolait Victor Wegnez, au four et au moulin durant toute la rencontre avec les autres milieux de terrain. « C’est formidable pour le hockey belge. »

Dans une rencontre très fermée, les défenses respectives ont fait le boulot. « Vincent n’a pas eu beaucoup de balles, de l’autre côté non plus. Comme toujours, cela s’est joué sur d’infimes détails. Cela fait trois ans que ces détails n’étaient pas pour nous, mais cette fois la roue a tourné et cela fait du bien. Dans l’équipe il y a pas mal de joueurs qui prenaient des ’brosses’ contre les grandes nations il y a dix ans et l’arrivée de Shane McLeod a fait un énorme bien. C’est un grand monsieur, avec lui on a fait trois grands tournois, Coupe du monde, d’Europe et JO. Le mérite lui revient grandement », a ponctué le Bruxellois de 22 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite