Victor Wegnez aux anges après le sacre des Red Lions en Coupe du monde: «C’est la plus belle journée de ma vie»

afp
afp

Ils couraient derrière l’objectif de remporter un grand tournoi depuis quelques années, mais quand au bout du suspense des shoot-outs, Florent Van Aubel a inscrit le but décisif de la Coupe du monde de hockey, aidé ensuite par Vincent Vanasch qui s’est opposé au dernier tir néerlandais, les Red Lions ont pu exulter avec le trophée planétaire entre leurs mains.

« C’est la plus belle journée de ma vie, je peux mourir demain ce n’est pas grave », rigolait Victor Wegnez, au four et au moulin durant toute la rencontre avec les autres milieux de terrain. « C’est formidable pour le hockey belge. »

Dans une rencontre très fermée, les défenses respectives ont fait le boulot. « Vincent n’a pas eu beaucoup de balles, de l’autre côté non plus. Comme toujours, cela s’est joué sur d’infimes détails. Cela fait trois ans que ces détails n’étaient pas pour nous, mais cette fois la roue a tourné et cela fait du bien. Dans l’équipe il y a pas mal de joueurs qui prenaient des ’brosses’ contre les grandes nations il y a dix ans et l’arrivée de Shane McLeod a fait un énorme bien. C’est un grand monsieur, avec lui on a fait trois grands tournois, Coupe du monde, d’Europe et JO. Le mérite lui revient grandement », a ponctué le Bruxellois de 22 ans.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite