Elio Di Rupo sur la crise gouvernementale: «Le PS pourrait voter une motion de méfiance»

© Photo News
© Photo News

Elio Di Rupo affirme que le PS ne prendra pas l’initiative pour faire chuter le gouvernement, mais il ne craint pas des élections anticipées. « Si d’autres partis déposent une motion de méfiance, en fonction de la réponse du Premier ministre, le PS pourrait la voter », a-t-il révélé au micro de la RTBF.

Les politiques accusent la N-VA de « mener une guerre » et d’avoir « tout orchestré »

«  Jusqu’au terme de la législature, les socialistes continueront, avec la même vigilance que celle qui a prévalu depuis 2014, à défendre les protections sociales, la santé, les pensions, le pouvoir d’achat, des services publics de qualité, une énergie durable accessible à tous ou encore les libertés individuelles », affirme le PS dans un communiqué.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crise gouvernementale|Élections|Partis politiques|Élio Di Rupo
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite