Philippe Close au «Soir»: «A Bruxelles, le tout à la voiture, c’est fini»

Réélu avec 8.501 voix, Philippe Close dirige désormais une majorité progressiste depuis l’hôtel de ville. © Bruno Dalimonte
Réélu avec 8.501 voix, Philippe Close dirige désormais une majorité progressiste depuis l’hôtel de ville. © Bruno Dalimonte

Philippe Close rempile à la tête de la Ville de Bruxelles avec cette fois comme partenaire de coalition Ecolo, Groen, Défi et Change .brussels. Alors le bourgmestre amorce un virage : « On doit entendre ce que disent les électeurs », alors qu’une vague verte a déferlé sur la Région bruxelloise.

Dans une interview au Soir, Philippe close déclare vouloir « travailler quartier par quartier sur la place de la voiture ». « Je ne suis pas un bourgmestre anti-navetteurs, jure-t-il, mais il faut que les 225.000 navetteurs qui viennent chaque jour seuls dans leur voiture comprennent que ce n’est pas le futur de Bruxelles. »

« Le tout à la voiture de 1958, c’est fini, on est passé dans un autre modèle », développe le bourgmestre PS. Pour autant, assure Philippe Close, « ce qui est dangereux, c’est de dire aux gens comment ils doivent penser, on est là pour donner une ligne et une feuille de route ».

Philippe Close entend-il pour autant « piétonniser » des quartiers entiers ? « Il faut d’abord finir le piétonnier » du centre-ville, assure-t-il. Et « travailler dans une dynamique globale, avec le logement, la mobilité ». Il appelle tout particulièrement à se méfier des projets isolés : « Il faut une vision intégrée de la ville. »

A lire sur Le Soir +: notre entretien complet et notre analyse

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous