La Corée du Nord dénonce les nouvelles sanctions américaines: «Une erreur de calcul énorme»

Une photo prise lors du sommet historique de juin 2018 ©AFP
Une photo prise lors du sommet historique de juin 2018 ©AFP

La Corée du Nord a dénoncé les nouvelles sanctions décrétées contre elle par les États-Unis, accusés de vouloir «bloquer pour toujours» la dénucléarisation de la péninsule.

Les États-Unis viennent de sanctionner trois dirigeants nord-coréens, dont l’un des plus hauts responsables du régime classé par la diplomatie américaine parmi «les pires au monde» pour les droits de l’Homme. Ces mesures, essentiellement symboliques car le régime reclus est déjà soumis à de multiples sanctions internationales, sont prises alors que les négociations sur le nucléaire entre Pyongyang et Washington sont à nouveau au point mort.

Le président américain Donald Trump continue cependant d’évoquer un nouveau tête-à-tête avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour début 2019, après leur sommet historique de Singapour en juin.

Dans un communiqué publié dimanche par l’agence nord-coréenne KCNA, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères salue les efforts de M. Trump pour améliorer les relations bilatérales, mais accuse le département d’État américain de «vouloir à tout prix» les «faire revenir à ce qu’elles étaient l’année dernière, marquées par des échanges de tirs».

Washington commettra «une erreur de calcul énorme» s’il croit pouvoir contraire le Nord à renoncer à son arsenal nucléaire par les pressions et les sanctions, ajoute le texte signé par le directeur des recherches politiques de l’Institut des études américaines du ministère. «Cela bloquera pour toujours la voie de la dénucléarisation de la péninsule».

À Singapour, MM. Trump et Kim s’étaient engagés sur la «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», sans plus détail sur la méthode, ce qui laisse la place à toutes les interprétations. Depuis, Washington exige la dénucléarisation du Nord avant toute levée des sanctions, tandis que Pyongyang a condamné les «méthodes de gangster» des Américains accusés d’exiger son désarmement unilatéral sans faire de concession.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. 20200123arno-6

    L’AB, la santé boutique d’Arno

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite