La Corée du Nord dénonce les nouvelles sanctions américaines: «Une erreur de calcul énorme»

Une photo prise lors du sommet historique de juin 2018 ©AFP
Une photo prise lors du sommet historique de juin 2018 ©AFP

La Corée du Nord a dénoncé les nouvelles sanctions décrétées contre elle par les États-Unis, accusés de vouloir «bloquer pour toujours» la dénucléarisation de la péninsule.

Les États-Unis viennent de sanctionner trois dirigeants nord-coréens, dont l’un des plus hauts responsables du régime classé par la diplomatie américaine parmi «les pires au monde» pour les droits de l’Homme. Ces mesures, essentiellement symboliques car le régime reclus est déjà soumis à de multiples sanctions internationales, sont prises alors que les négociations sur le nucléaire entre Pyongyang et Washington sont à nouveau au point mort.

Le président américain Donald Trump continue cependant d’évoquer un nouveau tête-à-tête avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour début 2019, après leur sommet historique de Singapour en juin.

Dans un communiqué publié dimanche par l’agence nord-coréenne KCNA, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères salue les efforts de M. Trump pour améliorer les relations bilatérales, mais accuse le département d’État américain de «vouloir à tout prix» les «faire revenir à ce qu’elles étaient l’année dernière, marquées par des échanges de tirs».

Washington commettra «une erreur de calcul énorme» s’il croit pouvoir contraire le Nord à renoncer à son arsenal nucléaire par les pressions et les sanctions, ajoute le texte signé par le directeur des recherches politiques de l’Institut des études américaines du ministère. «Cela bloquera pour toujours la voie de la dénucléarisation de la péninsule».

À Singapour, MM. Trump et Kim s’étaient engagés sur la «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne», sans plus détail sur la méthode, ce qui laisse la place à toutes les interprétations. Depuis, Washington exige la dénucléarisation du Nord avant toute levée des sanctions, tandis que Pyongyang a condamné les «méthodes de gangster» des Américains accusés d’exiger son désarmement unilatéral sans faire de concession.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite