Crise gouvernementale: les libéraux ne croient plus guère au soutien de la N-VA sur le budget

©Belga
©Belga

Durant le week-end, le Premier ministre a poursuivi ses contacts informels pour tenter d’obtenir des soutiens extérieurs à son gouvernement minoritaire « orange bleue ». Des contacts avec la N-VA essentiellement, dont Charles Michel espérait qu’elle soutienne le budget 2019 (qui doit être voté jeudi en séance plénière du parlement), puisque les nationalistes flamands l’ont déjà approuvé en gouvernement suédois et en commission.

Las pour lui, au terme de ces contacts, les libéraux ne croient manifestement plus que le parti de Bart De Wever approuvera le budget 2019. C’est ce qui ressort du bureau de parti tenu ce lundi matin. Les nationalistes posent en effet trop de conditions à leur soutien gouvernemental, notamment un soutien institutionnel : ils veulent ouvrir à révision le ou les articles de la constitution qui permettraient une nouvelle réforme de l’Etat sous la prochaine la législature. « Et cela, nous affirme un bleu, nous ne l’accepterons pas. » Et d’ajouter : « Notre sentiment est donc que la N-VA ne votera pas le budget. Elle s’engouffre désormais dans la brèche institutionnelle pour refaire du communautaire. Mais on ne va pas céder là-dessus. »

Or, c’était sur le budget que le MR espérait le plus obtenir l’appui de la N-VA. Jeudi est en effet considéré comme une journée cruciale. Ensuite, l’idée était de rechercher des soutiens chez les verts ou les humanistes sur d’autres dossiers, climatique notamment.

À présent, et sous réserve d’ultime rebondissement, ce sont donc les scénarios des affaires courantes ou des élections anticipées (prônées par la N-VA) qui semblent tenir la corde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

  2. Bart De Wever.

    Crise politique : à quoi joue la N-VA?

  3. Liverpool pourra compter sur Mané et Van Dijk pour ne pas être le premier tenant du titre éliminé en phase de poules depuis 2012.

    Ligue des champions: plusieurs grands d’Europe en danger

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    Faux !...

    Lire la suite