Accueil Belgique Politique

La N-VA dévoile ses exigences, Charles Michel ne se «laisse pas intimider»

La N-VA émet notamment des demandes en matière de réforme de l’Etat.

Chef du service Politique Temps de lecture: 2 min

La N-VA a fait connaître, ce lundi, ses exigences pour apporter son soutien au gouvernement qui subsiste sans elle. Elle d’abord demande que le budget soit voté. Ce budget a fait l’objet d’un accord cet été, au sein de la suédoise, et il est très important qu’il soit exécuté, notamment pour répondre aux obligations budgétaires de la Belgique vis-à-vis de l’Europe.

La N-VA demande aussi que le Jobs deal, qui doit permettre de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre soit mis en œuvre. La N-VA pose aussi des exigences en ce qui concerne le pacte migratoire. Le parti ne demanderait plus que la Belgique s’abstienne (le « oui » définitif de la Belgique doit être émis mercredi à New York), mais le parti aurait d’autres exigences du point de vue de la migration, exigences non détaillées à ce stade. Dans les interviews de ce week-end, les ténors de la N-VA avaient indiqué qu’ils exigeaient que la politique mise en œuvre au sein du fédéral ne soit pas remise en cause.

Des demandes en matière de réforme de l’Etat

Enfin, et c’est sans doute le point de plus délicat, la N-VA émet des demandes en matière de réforme de l’Etat. Car pour qu’une réforme de l’Etat soit entreprise sous la prochaine législature, il faut que les articles à réviser soient désignés avant la dissolution des chambres. Sans cette liste, il n’y a pas de réforme de l’Etat.

Charles Michel a déjà réagi à ces exigences. « Je ne me laisserai pas intimider par le chantage de la N-VA à propos du vote du budget », a affirmé lundi le Premier ministre Charles Michel, sous-entendant que le parti conditionne son approbation du budget à ses autres exigences. « Le budget a été approuvé en commission et soutenu par le ministre des Finances » en fonction au moment des discussions – le N-VA Johan Van Overtveldt –, a-t-il rappelé, ajoutant « qu’aucun euro n’a changé » par rapport au projet. « La N-VA conditionne son vote soit à l’acceptation d’élections anticipées et donc a une longue période d’immobilisme, soit à la fuite en avant confédérale. Dans les deux cas ses conditions sont inacceptables », a encore affirmé le Premier ministre.

Le Premier ministre sera interpellé ce mardi à la Chambre. Une motion de méfiance pourrait être déposée contre son gouvernement.

Crise gouvernementale: les libéraux ne croient plus guère au soutien de la N-VA sur le budget

Les contacts du week-end ont rendu le MR sceptique quant à un appui extérieur des nationalistes flamands pour le vote du budget 2019, jeudi, à la Chambre. C’est ce qui ressort du bureau de parti de ce lundi matin.

Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 2 min

Durant le week-end, le Premier ministre a poursuivi ses contacts informels pour tenter d’obtenir des soutiens extérieurs à son gouvernement minoritaire « orange bleue ». Des contacts avec la N-VA essentiellement, dont Charles Michel espérait qu’elle soutienne le budget 2019 (qui doit être voté jeudi en séance plénière du parlement), puisque les nationalistes flamands l’ont déjà approuvé en gouvernement suédois et en commission.

Las pour lui, au terme de ces contacts, les libéraux ne croient manifestement plus que le parti de Bart De Wever approuvera le budget 2019. C’est ce qui ressort du bureau de parti tenu ce lundi matin. Les nationalistes posent en effet trop de conditions à leur soutien gouvernemental, notamment un soutien institutionnel : ils veulent ouvrir à révision le ou les articles de la constitution qui permettraient une nouvelle réforme de l’Etat sous la prochaine la législature. « Et cela, nous affirme un bleu, nous ne l’accepterons pas. » Et d’ajouter : « Notre sentiment est donc que la N-VA ne votera pas le budget. Elle s’engouffre désormais dans la brèche institutionnelle pour refaire du communautaire. Mais on ne va pas céder là-dessus. »

Or, c’était sur le budget que le MR espérait le plus obtenir l’appui de la N-VA. Jeudi est en effet considéré comme une journée cruciale. Ensuite, l’idée était de rechercher des soutiens chez les verts ou les humanistes sur d’autres dossiers, climatique notamment.

À présent, et sous réserve d’ultime rebondissement, ce sont donc les scénarios des affaires courantes ou des élections anticipées (prônées par la N-VA) qui semblent tenir la corde.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, lundi 17 décembre 2018, 17:13

    Chacun jugera du sérieux de la NVA. Menacer de ne pas voter le Budget et mettre dès lors le pays dans une crise très sérieuse (pas de budget à ce stade, ce serait passer sous le régime des douzièmes provisoires pour combien de mois?) et dès lors de provoquer des élections anticipées. Tout cela pour une liste d'article de la Constitution à inscrire dans un texte (pour que la prochaine législature soit constituante) et dès provoquer quand même des législatives anticipées. Certains semblent certains que la NVA remportera les prochaines élections. Pour ma part, j'en doute. Il ne faut pas oublier qu'ils ont perdu des positions aux provinciales et que le manque total de sérieux et de stabilité de cette formation devrait surement en faire réfléchir plus d'un. Il y en a un qui a un beau jeu à jouer, c'est le VLD.

  • Posté par Tourneur André, lundi 17 décembre 2018, 16:39

    Incroyable. Charles quand comprendras-tu que le SEUL objectif de la NV-A est de détruire le pays? Partenaire loyal? Alors, pourquoi de nombreuses décisions ont-elles été torpillées par la région flamande lorsque c'était un ministre NV-A? Exemples? la mobilité, l'environnement, etc. Après ils ont beau jeu de dire: "vous voyez ce pays ne fonctionne pas , scindons le". Quelle naïveté du MR. OK, ce parti a été le seul , du côté francophone, a chercher une solution. Il est trop facile pour les autres de le vilipender maintenant quand ils ont été incapable de prendre leurs responsabilités. Toujours est-il que l'addition va être salée.

  • Posté par Buffin Monique, lundi 17 décembre 2018, 16:10

    Vote pour le budget 2018? Bientôt de nouvelles élections, donc une nouvelle équipe gouvernementale avec un nouveau programme et...un budget pour le soutenir (?). Alors un budget pour 5 mois. Qui peut m'éclairer?

  • Posté par BRASSIENE Jean-Louis, lundi 17 décembre 2018, 16:36

    On parle du budget 2019. Si vous avez des élections anticipées (dans le meilleur des cas, ce serait vers février 2019), un très hypothétique gouvernement ad interim formé quelques jours avant les prochaines élections. Si le gouvernement actuel tombe, ce que certaines formations actuellement dans l'opposition espèrent à mots couverts quoiqu'elles disent, tout tombe à l'eau et tout le monde sera perdant. On entrera dans une période d'instabilité sociale, économique et bien sûr politique.

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 17 décembre 2018, 15:42

    C'est aux autres partis flamands de dire clairement qu'ils ne veulent pas d'une nouvelle réforme de l'état qui instaurerait le confédéralisme, prélude à l'indépendance de la Flandre. Car si la NVA et le Belang sont les seuls à le demander, rien ne se fera puisqu'à eux deux, ils n'ont pas la majorité en Flandres, et a fortiori pas au niveau fédéral. Si tout le monde leur dit "niet", ça sera "niet" et puis c'est tout. Il y a d'autres choses bien plus sérieuses et impératives à gérer que de saper l'unité du pays. J'ai dans l'idée, qu'il n'y a pas, et de loin, en Flandre une majorité suffisante pour soutenir le confédéralisme.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une