La N-VA dévoile ses exigences, Charles Michel ne se «laisse pas intimider»

Dans cet article

La N-VA a fait connaître, ce lundi, ses exigences pour apporter son soutien au gouvernement qui subsiste sans elle. Elle d’abord demande que le budget soit voté. Ce budget a fait l’objet d’un accord cet été, au sein de la suédoise, et il est très important qu’il soit exécuté, notamment pour répondre aux obligations budgétaires de la Belgique vis-à-vis de l’Europe.

La N-VA demande aussi que le Jobs deal, qui doit permettre de lutter contre la pénurie de main-d’œuvre soit mis en œuvre. La N-VA pose aussi des exigences en ce qui concerne le pacte migratoire. Le parti ne demanderait plus que la Belgique s’abstienne (le « oui » définitif de la Belgique doit être émis mercredi à New York), mais le parti aurait d’autres exigences du point de vue de la migration, exigences non détaillées à ce stade. Dans les interviews de ce week-end, les ténors de la N-VA avaient indiqué qu’ils exigeaient que la politique mise en œuvre au sein du fédéral ne soit pas remise en cause.

Des demandes en matière de réforme de l’Etat

Enfin, et c’est sans doute le point de plus délicat, la N-VA émet des demandes en matière de réforme de l’Etat. Car pour qu’une réforme de l’Etat soit entreprise sous la prochaine législature, il faut que les articles à réviser soient désignés avant la dissolution des chambres. Sans cette liste, il n’y a pas de réforme de l’Etat.

Charles Michel a déjà réagi à ces exigences. « Je ne me laisserai pas intimider par le chantage de la N-VA à propos du vote du budget », a affirmé lundi le Premier ministre Charles Michel, sous-entendant que le parti conditionne son approbation du budget à ses autres exigences. « Le budget a été approuvé en commission et soutenu par le ministre des Finances » en fonction au moment des discussions – le N-VA Johan Van Overtveldt –, a-t-il rappelé, ajoutant « qu’aucun euro n’a changé » par rapport au projet. « La N-VA conditionne son vote soit à l’acceptation d’élections anticipées et donc a une longue période d’immobilisme, soit à la fuite en avant confédérale. Dans les deux cas ses conditions sont inacceptables », a encore affirmé le Premier ministre.

Le Premier ministre sera interpellé ce mardi à la Chambre. Une motion de méfiance pourrait être déposée contre son gouvernement.

Crise gouvernementale: les libéraux ne croient plus guère au soutien de la N-VA sur le budget

Par Martine Dubuisson

©Belga
©Belga

Durant le week-end, le Premier ministre a poursuivi ses contacts informels pour tenter d’obtenir des soutiens extérieurs à son gouvernement minoritaire « orange bleue ». Des contacts avec la N-VA essentiellement, dont Charles Michel espérait qu’elle soutienne le budget 2019 (qui doit être voté jeudi en séance plénière du parlement), puisque les nationalistes flamands l’ont déjà approuvé en gouvernement suédois et en commission.

Las pour lui, au terme de ces contacts, les libéraux ne croient manifestement plus que le parti de Bart De Wever approuvera le budget 2019. C’est ce qui ressort du bureau de parti tenu ce lundi matin. Les nationalistes posent en effet trop de conditions à leur soutien gouvernemental, notamment un soutien institutionnel : ils veulent ouvrir à révision le ou les articles de la constitution qui permettraient une nouvelle réforme de l’Etat sous la prochaine la législature. « Et cela, nous affirme un bleu, nous ne l’accepterons pas. » Et d’ajouter : « Notre sentiment est donc que la N-VA ne votera pas le budget. Elle s’engouffre désormais dans la brèche institutionnelle pour refaire du communautaire. Mais on ne va pas céder là-dessus. »

Or, c’était sur le budget que le MR espérait le plus obtenir l’appui de la N-VA. Jeudi est en effet considéré comme une journée cruciale. Ensuite, l’idée était de rechercher des soutiens chez les verts ou les humanistes sur d’autres dossiers, climatique notamment.

À présent, et sous réserve d’ultime rebondissement, ce sont donc les scénarios des affaires courantes ou des élections anticipées (prônées par la N-VA) qui semblent tenir la corde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite