Accueil Société Régions Bruxelles

Marche contre Marrakech: le bâtiment de la Commission européenne «sérieusement endommagé»

Cinq agents de police ont été blessés.

Temps de lecture: 1 min

Le bâtiment de la Commission européenne (le Berlaymont) a été « sérieusement endommagé », a annoncé la police un jour après la marche contre Marrakech, lors de laquelle ont eu lieu ces dégradations. Le Delhaize Shop & Go, situé sur la place du Luxembourg, a également été endommagé.

Un policier dit avoir reçu pour consigne d’arrêter le plus de gens possible

Les manifestants ont tenté d’arracher le drapeau européen, mais n’y sont pas parvenus. « La violence et le vandalisme n’ont pas de place dans notre société », a réagi la porte-parole de la Commission Européenne, Margaritis Schinas. La police se renseigne sur la manière dont les manifestants peuvent répondre de leurs méfaits.

Cinq agents de police ont, par ailleurs, été blessés et ont dû aller à l’hôpital. « L’un d’entre eux a reçu un projectile sur sa jambe et son pied et sera en incapacité de travail un certain temps », a fait savoir la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles.

Encerclée, une voiture de police est contrainte de fuir face aux violences des manifestants

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, lundi 17 décembre 2018, 18:42

    N'attaquons pas trop le Conseil d'Etat. Pour ce que j'en sais, sa décision paraît fondée. Vouloir interdire une manifestation sur la base des idées politiques des manifestants est discutable même si je me réjouis qu'on parle un jour d'élargir la loi Moureaux et de pouvoir peut-être un jour mais ce n'est hélas pas à la mode, interdire une manifestation raciste. Il eut été avisé de la part des autorités bruxelloises d'interdire cette manifestation non sur des bases idéologiques mais bien sur le potentiel dangereux de celle-ci, d'autant que certains envisageaient une contre manifestation. Il eut alors été possible, peut-être, d'avoir une décision du Conseil d'Etat plus censée que celle qui fut prise, en dépit du bon sens. Cela dit, on parle de responsabilités, je me demande dans quelle mesure il ne doit pas y avoir moyen de se retourner contre les organisations (VB, Schild en Vriendent, voorpost,....) qui sont à l'origine des dégâts et des blessures portées aux policiers. Si on ne poursuit pas convenablement les faits en questions, il ne faudra pas s'étonner de voir ces scènes se reproduire à l'avenir. Il faut un châtiment exemplaire. Quand aux personnes qui ont été arrêtée, un service d'intérêt général presté à FEDASIL les fera sûrement réfléchir un peu, ça les changerait!

  • Posté par Tourneur André, lundi 17 décembre 2018, 16:32

    Si je ne me trompe cette "manifestation" (doit-on l'appeler comme cela?) était interdite par la ville et la région. Mais un "organisme supérieur" (conseil d'Etat je crois) en a décidé autrement. Cet organisme est constitué de personnes. Quelle est leur responsabilité? Vont-ils ne fut-ce que réfléchir à leur décision inadéquate, pour ne pas dire irresponsable?

  • Posté par Rousseau Jean-pierre , lundi 17 décembre 2018, 15:24

    Chacun connait maintenant le principe du pollueur-payeur. Celui du casseur-payeur, ce sera manifestement (c'est le cas de le dire) pour plus tard

  • Posté par Brasseur Michel, lundi 17 décembre 2018, 17:43

    Et celle du Conseiller (d État )-payeur, c'est pour quand ??? Il paraît que le C d E, c'est 3 personnes : 2 VL et 1 FR. De quel côté sont-ils?? Suivez mon regard...

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo