80 journalistes tués en 2018 dans le monde, un chiffre en hausse

©D.R
©D.R

Quatre-vingt journalistes ont été tués en 2018, 348 sont actuellement en détention et 60 sont otages, indique mardi Reporters Sans Frontières (RSF) dans son bilan annuel des exactions commises contre les journalistes. Ces chiffres sont en hausse et traduisent, selon l’ONG, «une violence inédite contre les journalistes».

L’année 2018 a été particulièrement meurtrière avec 80 journalistes tués, soit 63 journalistes professionnels (contre 55 en 2017), 13 journalistes non-professionnels (contre 7 en 2017) et 4 collaborateurs de presse, selon le décompte de RSF.

Deux assassinats très médiatisés

«En 2018, plus de la moitié des journalistes tués ont été sciemment visés et assassinés», affirme RSF, qui estime leur nombre à 49 (61% des décès). Deux assassinats ont été très médiatisés: ceux du Saoudien Jamal Khashoggi et du Slovaque Jan Kuciak.

Comprendre l’affaire Khashoggi en 2 minutes (vidéo)

Le nombre de journalistes détenus est lui aussi en hausse: 348 contre 326 en 2017. Cinq pays détiennent à eux seuls plus de la moitié des journalistes emprisonnés: l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, la Turquie et la Chine, qui compte à elle seule 60 journalistes détenus. RSF dénombre également 60 journalistes pris en otage, contre 54 l’an dernier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous