Accueil Société Enseignement

Les élèves de secondaire trop souvent en période d’examens? Une alternative existe

Une étude de l’OCDE est confirmée par l’avis des enseignants : la Belgique consacre trop de temps aux examens. Certaines écoles du secondaire ont choisi de miser uniquement sur le système de l’évaluation continue.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Si l’obsession de l’évaluation pèse sur les élèves de secondaire, pourquoi ne pas envisager des alternatives à ces périodes intenses d’examens. C’est le parti pris par

l’école secondaire bruxelloise à pédagogie Freinet « De l’autre côté de l’école » à Auderghem : « Chez nous, il n’y a pas d’examens : on évalue tout au long de l’année, explique Amandine Tuerlinckx, directrice de cette école secondaire. Avec ce système, tout peut être évalué : les exercices que les élèves font en classe, leurs présentations, leurs travaux… C’est une autre manière d’évaluer qui me paraît moins chronophage que les sessions dédiées intégralement aux examens. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, samedi 22 décembre 2018, 1:35

    Le système idéal d'évaluation est celui qui existait dans les années 1960 : toutes les interros étaient surprises et ne demandaient que l'étude au jour le jour et puis il y avait deux sessions d'examens dans l'officiel et trois dans le libre! Ce système était très judicieux car il incitait les élèves à étudier et connaître au jour le jour des petites quantités de matière donc pas de perte de temps et en même temps , elles étaient de vraies remédiations immédiates car faites au bout d'une semaine, parfois deux,En fin de trimestre, il y avait les examen de Noël et de fin d'année.La pondération travail de l'année, examen était de 1/3, 2/3.Et les profs incitaient à revoir la matière ,une première fois, pendant le congé de Toussaint et une deuxième fois pendant les révisions.Avec ce système, il n'y avait pas de stress avant chaque examens car les élèves étaient conscients de leur préparations! Les échecs étaient peu nombreux, pas seulement dans les meilleurs écoles liégeoises mais dans les écoles de Waremme, Liège, les plus fréquentées en Hesbaye étant donné le peu de moyens de communications.Ceci n'est, en aucun cas, une nostalgie du passé mais le récit d'un sytème éducatif qui a marché avec succès pendant des années! Et puis les pédagogues sont arrivés et on tout détruit.

  • Posté par Jaspers Marie, mardi 18 décembre 2018, 16:22

    "A quoi ça sert? Un enseignement qui serait uniquement utilitariste serait du niveau des "pâquerettes".Il y a peu de choses dans le quotidient,banal, qui demande quelle qu'étude que ce soit! Même pas lire en comprenant!!!Il suffit de regarder la TV!!!.De toute façon les spots publicitaires vous diront que vous n'avez plus rien à faire par vous-mêmes! Donc l'école ne sert à rien??? Que sommes nous alors???De perpétuels assistés! Quel idéal de vie formidable!!!!

  • Posté par Vynckier Albert, mardi 18 décembre 2018, 16:11

    les études, ça fait pas rêver, bon les artistes le font peut-être mieux que les profs. mais chaque fois qu'un élève étudie une nouvelle matière, il dit au prof: "à quoi ça sert?" et celui-ci rétorque a) plus tard tu le sauras b) à réussir à l'école c) à réussir comme ton père...

  • Posté par Vynckier Albert, mardi 18 décembre 2018, 17:28

    si la b) est la réponse du prof, cela expliquerait peut-être pourquoi ils font tant de tests mais si le prof pense: "pour réussir mieux que moi qui est prof" la réponse est mais pourquoi ne le ferais-je pas d'abord pour moi? parce que j'ai déjà mieux réussi que ce que le conditionnement social qui s'impose à chacun avait prévu pour moi.

  • Posté par Bauwens Luc, mardi 18 décembre 2018, 12:03

    Même constat à l'université: il y a deux périodes de 14 semaines de cours, et l'ensemble des sessions d'examens, y compris le temps de bloque juste avant, est équivalent14 semaines: soit 2/3 du temps pour les cours, 1/3 pour examens...

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs