Philippe Malherbe quitte RTL Belgium

Philippe Malherbe quitte RTL Belgium après ses postes à l’Info et au magazine « Coûte que coûte ».
Philippe Malherbe quitte RTL Belgium après ses postes à l’Info et au magazine « Coûte que coûte ». - Lucas Verbeke/RTL.

La rumeur courait depuis quelques semaines. Cette fois, c’est confirmé par RTL : le journaliste et présentateur Philippe Malherbe a décidé, en accord avec la direction, de quitter le groupe. À la tête du magazine de consommation « Coûte que coûte » depuis 20 ans, il a exprimé son souhait de mener d’autres activités, à deux ans de sa pension. Philippe Malherbe présente son dernier numéro ce mercredi 19 décembre à 19h45. Ensuite, dès le 2 janvier prochain, c’est Yann-Antony Noghès qui prendra la relève.

Un producteur revient à l’écran

Moins connu du public de RTL, il n’a pourtant jamais été très loin du groupe. Comme l’annonce l’entreprise dans son communiqué, il est à la fois journaliste, producteur et entrepreneur. Il avait présenté l’émission de reportages « Investigations » entre 2011 et 2013, et a déjà officié au micro de Bel RTL. « Yann-Antony est aussi actif sur RTL-TVi par l’entremise de sa société Check Productions. “C’est grave docteur ?”, “La face cachée des Abdeslam”, “Les enfants du Bon Dieu”, “Les Belges de Monaco”,“  Des Belges en or  ”, ce sont là quelques-uns des programmes qu’il a produits pour le compte de RTL », énonce le groupe, évoquant le « profil idéal ».

« Amener un renouveau »

Les magazines de 19h45 de RTL, bien installés auprès du public depuis quelques années, représentent souvent, après l’info, les meilleures audiences du groupe. Il était donc primordial de trouver rapidement un remplaçant expérimenté à Philippe Malherbe. Ce changement « opéré au sein de « Coûte que coûte » vise à amener un renouveau et illustre l’ambition de la chaîne à l’égard du magazine de conseil à la consommation », précise RTL. « Coûte que coûte » est le plus ancien magazine de 19h45 du groupe.

En mars dernier, dans le cadre de la nouvelle organisation du pôle Info, Philippe Malherbe avait perdu son poste de rédacteur en chef adjoint des journaux télévisés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite