Philippe Malherbe quitte RTL Belgium

Philippe Malherbe quitte RTL Belgium après ses postes à l’Info et au magazine « Coûte que coûte ».
Philippe Malherbe quitte RTL Belgium après ses postes à l’Info et au magazine « Coûte que coûte ». - Lucas Verbeke/RTL.

La rumeur courait depuis quelques semaines. Cette fois, c’est confirmé par RTL : le journaliste et présentateur Philippe Malherbe a décidé, en accord avec la direction, de quitter le groupe. À la tête du magazine de consommation « Coûte que coûte » depuis 20 ans, il a exprimé son souhait de mener d’autres activités, à deux ans de sa pension. Philippe Malherbe présente son dernier numéro ce mercredi 19 décembre à 19h45. Ensuite, dès le 2 janvier prochain, c’est Yann-Antony Noghès qui prendra la relève.

Un producteur revient à l’écran

Moins connu du public de RTL, il n’a pourtant jamais été très loin du groupe. Comme l’annonce l’entreprise dans son communiqué, il est à la fois journaliste, producteur et entrepreneur. Il avait présenté l’émission de reportages « Investigations » entre 2011 et 2013, et a déjà officié au micro de Bel RTL. « Yann-Antony est aussi actif sur RTL-TVi par l’entremise de sa société Check Productions. “C’est grave docteur ?”, “La face cachée des Abdeslam”, “Les enfants du Bon Dieu”, “Les Belges de Monaco”,“  Des Belges en or  ”, ce sont là quelques-uns des programmes qu’il a produits pour le compte de RTL », énonce le groupe, évoquant le « profil idéal ».

« Amener un renouveau »

Les magazines de 19h45 de RTL, bien installés auprès du public depuis quelques années, représentent souvent, après l’info, les meilleures audiences du groupe. Il était donc primordial de trouver rapidement un remplaçant expérimenté à Philippe Malherbe. Ce changement « opéré au sein de « Coûte que coûte » vise à amener un renouveau et illustre l’ambition de la chaîne à l’égard du magazine de conseil à la consommation », précise RTL. « Coûte que coûte » est le plus ancien magazine de 19h45 du groupe.

En mars dernier, dans le cadre de la nouvelle organisation du pôle Info, Philippe Malherbe avait perdu son poste de rédacteur en chef adjoint des journaux télévisés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite