Crise gouvernementale: le roi Philippe tient la démission de Charles Michel en suspens

Le Roi consultera mercredi les présidents de parti après avoir annoncé mardi soir qu’il tenait en suspens la démission du gouvernement fédéral. Il tâchera en principe d’éclaircir la situation politique d’ici jeudi, quand aura lieu une nouvelle séance plénière de la Chambre.

Une question doit être résolue: des élections fédérales anticipées seront-elles convoquées ou le gouvernement se maintiendra-t-il, en principe sous la forme des affaires courantes moyennant des initiatives parlementaires, d’ici le 26 mai, date prévue des élections fédérales, régionales et européennes?

Interpellé à la Chambre mardi à la suite de la démission de la N-VA, le Premier ministre, Charles Michel a tenté d’ouvrir une voie étroite entre la constitution d’une nouvelle majorité, illusoire à 6 mois des élections, et des élections anticipées en février. Il a proposé au parlement une «feuille de route» reposant sur trois champs d’action: pouvoir d’achat, sécurité, climat. Sur le premier thème, il s’est dit ouvert sur toute une série de sujets: taxation de l’énergie (à propos de laquelle il n’a pas exclu une baisse de la TVA), fins de carrière, marché de l’emploi, réforme des pensions, utilisation de l’ensemble de l’enveloppe bien-être, sans oublier la concertation sociale.

Vers des élections anticipées  ?

Après la rupture avec la N-VA, l’appel visait clairement les partis du centre et de la gauche. Ceux-ci ont renâclé. L’engagement leur a paru trop vague, limité à l’énumération de quelques sujets. Et un tweet de la présidente de l’Open Vld, l’un des trois partis de la coalition orange-bleu, a un peu plus miné la confiance de l’opposition: Gwendolyn Rutten y disait l’attachement de son parti à achever le travail de l’ex-majorité suédoise sur le budget et le jobsdeal.

A 19h30, à la reprise de la séance plénière de la Chambre, les socialistes, rejoints par les écologistes, s’apprêtaient à déposer une motion de méfiance qui laissait au gouvernement 48 heures pour préciser ses intentions. Ils n’en ont pas eu le temps. M. Michel a demandé à prendre la parole et a annoncé qu’il se rendait de ce pas chez le Roi pour présenter sa démission. Un cas qui ne s’était plus présenté depuis 40 ans et la démission de Leo Tindemans après le Pacte d’Egmont.

Depuis le 8 décembre et le départ des ministres N-VA, le gouvernement fédéral ne tenait plus qu’à un fil. Il aura toutefois fallu attendre dix jours pour que la démission soit présentée au Roi et que ne commence la liturgie habituelle de la crise, avec la consultation des présidents de parti.

L’organisation d’élections anticipées paraît peu probable. La majorité des partis politiques se montrent jusqu’à présent très frileux, à l’exception notable de la N-VA qui dit ne pas les craindre. Sont-elles pour autant exclues? Tout le monde est désormais passé en «mode électoral», confiait-on mardi soir dans un cabinet ministériel.

>Crise gouvernementale: Charles Michel annonce sa démission à la Chambre

>Charles Michel n’a pas convaincu : les réactions des politiques

► Retrouvez une édition spéciale de votre journal ce mercredi en librairie, ou accédez aux analyses de la rédaction sur Le Soir+

Nos dernières informations en direct :

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite