Démission du gouvernement Michel : «Nous sommes face à une tour qui s’effondre», dit l’UCM

Pierre-Frédéric Nyst, le patron de l’Union des classes moyennes © Belga
Pierre-Frédéric Nyst, le patron de l’Union des classes moyennes © Belga

Le patron de l’Union des classes moyennes (UCM), Pierre-Frédéric Nyst, se dit «très sérieusement préoccupé», alors que la démission du Premier ministre est en suspens. «Nous sommes face à une tour qui s’effondre», affirme-t-il dans un entretien accordé à La Libre Belgique mercredi.

Un gouvernement démissionnaire «c’est franchement embêtant», juge M. Nyst qui assure « qu’un certain nombre de dossiers, dont certains étaient pourtant mûrs politiquement, auraient dû aboutir prochainement».

En passant en douzièmes provisoires en l’absence de budget, «qui peut encore croire que ça n’aura pas d’impact sur certaines réformes, notamment sur le tax shift», poursuit le patron de l’UCM. Il dresse un bilan: «On n’a pas parlé de la réforme des pensions, qui va probablement tomber à l’eau. Sur la pénibilité dans le secteur privé, on n’est nulle part, il faut le dire. (...) On attendait aussi de pouvoir évaluer la réforme de l’impôt des sociétés, d’avancer sur la réforme de l’impôt des personnes physiques (IPP) pour améliorer le pouvoir d’achat de la population», déplore-t-il. «Le fait que le monde politique puisse être à l’arrêt, ce serait imbuvable», conclut-il encore.

«On nous demande de créer de l’emploi, de favoriser l’activité. En retour, on peut attendre du politique qu’il fasse sa part du job! Ici, sans capitaine véritable à bord, tout sera plus compliqué et plus lent», prévoit-il.

► Retrouvez une édition spéciale de votre journal ce mercredi en librairie, ou accédez aux analyses de la rédaction sur Le Soir+

Le direct sur votre mobile

Sur le même sujet
Crise gouvernementaleUCM
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite