Les montants levés par le crowdfunding ont doublé en un an mais restent dérisoires

Les montants levés par le crowdfunding ont doublé en un an mais restent dérisoires
D.R.

Face aux 250 milliards d’euros qui dorment sur les carnets d’épargne, les 40 millions d’euros récoltés en 6 ans grâce au financement participatif font sourire. Mais du côté de l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA), on voit les résultats de la première étude officielle sur le crowdfunding en Belgique de façon plutôt positive.

Pour commencer, le montant levé a doublé entre 2016 et 2017. Le résultat d’une politique d’incitation menée par le gouvernement. Huit plateformes ont eu droit à un agrément de la FSMA, sorte de cachet « vérifié et approuvé » pour opérer sur le marché belge. Et avec, les projets qu’elles proposent au public sont éligibles pour profiter de l’avantage fiscal allant de 30 % à 45 % du montant investi selon les cas.

En plus de ça, sur les 232 projets qui trouvé financement entre 2012 et 2017, on ne compte que 9 cas malheureux (7 faillites et 2 cas où les particuliers ont été forcés de revendre leurs parts dans l’entreprise). Et pourtant, les investisseurs restent prudents. Très prudents. La moitié d’entre eux n'investissent même pas plus de 500 euros par projet alors que le rendement moyen tourne autour de 7,42 %.

A lire sur Le Soir+: tous nos chiffres, notre analyse et notre infographie

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite