Près de 700 prêtres accusés d’actes pédophiles dans l’Illinois ces dernières décennies

Près de 700 prêtres accusés d’actes pédophiles dans l’Illinois ces dernières décennies

Près de 700 prêtres catholiques ont été visés par des accusations d’agression sexuelle sur mineur dans les diocèses de l’Illinois au cours des dernières décennies, a révélé mercredi la procureure de cet Etat du nord des Etats-Unis.

Les diocèses de l’Illinois ont rendu publics les noms de 185 prêtres visés par des accusations sérieuses, mais l’examen de leurs archives par les services de la procureure ont montré qu’ils avaient été avisés «  d’accusations contre au moins 500 prêtres supplémentaires », écrit Lisa Madigan dans un rapport préliminaire.

La plupart des cas n’ont pas fait l’objet d’enquête appropriée, ou n’ont fait l’objet d’aucune enquête, ajoute-t-elle, en regrettant que la justice n’ait pas été saisie.

« Les premières étapes de notre enquête ont déjà prouvé que l’Eglise catholique n’est pas capable de faire sa police elle-même », estime Mme Madigan dans un communiqué.

« Les accusations d’agression sexuelle sur mineur, même si elles remontent à de longues années, ne peuvent pas être considérées comme une question interne », assène-t-elle encore.

Investigations

La procureure a ouvert une enquête sur les abus dans l’Eglise catholique de son Etat après la publication cet été d’un rapport accablant sur le clergé de Pennsylvanie.

Les services du procureur de Pennsylvanie avaient détaillé des abus perpétrés par plus de 300 prêtres prédateurs et dont ont été victimes plus de 1.000 enfants sur plusieurs décennies.

Dans la foulée, l’archevêque de Washington, le cardinal Donald Wuerl, accusé d’avoir contribué à étouffer le scandale, a été contraint de démissionner. Des diocèses ont commencé à publier des listes noires et une dizaine d’Etats ont initié des investigations pour mettre au jour les abus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite