Architecte et agent immobilier? Possible

Etre en même temps architecte et agent immobilier, c’est aujourd’hui possible. Mais une nette disctinction doit être respectée envers le client.
Etre en même temps architecte et agent immobilier, c’est aujourd’hui possible. Mais une nette disctinction doit être respectée envers le client. - D.R.

Le 23 février de cette année, l’Ordre des architectes publiait une recommandation encadrant l’exercice de la fonction d’agent immobilier par un architecte. Cette publication a pour but de poser des balises excluant tout risque de conflit d’intérêt et de confusion entre les deux professions.

Si l’architecte a la possibilité d’exercer le métier d’agent immobilier, il ne faut pas négliger un détail important : l’absence de formation en matière d’estimation d’un bien ou d’un terrain par rapport au marché, à moins que l’architecte ait effectué une partie de son stage (de deux ans) dans le domaine immobilier ou suivi une formation complémentaire à ses études d’architecte.

Il se peut aussi que l’architecte ait développé un intérêt particulier pour le marché immobilier au cours de son expérience professionnelle et décide de s’y consacrer plus sérieusement.

Quoi qu’il en soit, l’architecte doit se former dans tout domaine dans lequel il aimerait exercer et pour lequel il n’aurait pas reçu de formation au cours de ses études d’architecture.

Peu de personnes sont concernées par cette recommandation, comme l’explique Philippe Meilleur, président de l’Ordre des architectes pour les parties francophone et germanophone. « On a recensé une dizaine d’architectes concernés par cette problématique, donc c’est très marginal, y compris à Bruxelles, assure-t-il. Sur la zone Wallonie-Bruxelles, nous comptons plus ou moins 6.500 architectes, y compris les stagiaires, et ils ne sont que 10 ou 11 à exercer les deux métiers, c’est très peu. Je pense que c’est dû au fait que ce sont des métiers qui sont à la fois complémentaires et différents. »

S’ils sont si rares à combiner les deux fonctions, c’est davantage dû à une certaine incompatibilité qu’à une méconnaissance des architectes de l’existence de cette possibilité. Philippe Meilleur confirme cette hypothèse. « J’ai plutôt l’impression que c’est dû au fait que les deux métiers sont fort différents, explique-t-il. Il est ici question d’architectes qui ont saisi l’opportunité de combiner les deux suite à une proposition. »

Mais cette recommandation pourrait encourager certains architectes à évaluer cette possibilité. « En effet, il n’est pas impossible que le nouvel encadrement déontologique via cette recommandation encourage d’autres architectes à s’y intéresser », reconnaît Philippe Meilleur.

Tout le monde ne croit pas à la concomitance entre les deux fonctions. C’est notamment le cas de Frédéric Lapôtre, secrétaire général à l’Ordre des architectes, pour qui « si l’architecte veut mettre plusieurs cordes à son arc, il va plutôt s’orienter vers des professions qui sont plus directement liées à son métier d’architecte, en tant qu’expert par exemple. Alors qu’agent immobilier, c’est tout à fait un autre métier. C’est une réorientation de la carrière professionnelle. Si l’architecte doit basculer comme agent immobilier, il aura tendance à le faire totalement dans cette autre fonction. »

Mais la formation d’architecte peut réellement servir à la fonction d’agent immobilier. Par exemple dans la mise en valeur d’un bien. « Il peut y arriver notamment via sa connaissance du patrimoine, dit Philippe Meilleur. Par contre le côté commercial et connaissance du marché immobilier, c’est autre chose. »

Une autre manière pour l’architecte de toucher au milieu immobilier serait d’y œuvrer en tant qu’expert. Selon Frédéric Lapôtre, « beaucoup d’acheteurs se font conseiller par des architectes, lesquels sont alors plutôt considérés comme des experts privés que comme des agents immobiliers. Ils seront ici plutôt des conseillers techniques car c’est directement lié au métier d’architecte. »

Si l’architecte peut devenir agent immobilier, il doit toutefois respecter certaines règles afin d’éviter tout conflit d’intérêts. Frédéric Lapôtre précise le rôle de l’Ordre des architectes. « Il doit protéger en premier lieu le consommateur. Lorsque ce dernier a affaire à un professionnel, qu’il soit agent immobilier ou architecte, il doit savoir exactement en quelle qualité ce professionnel intervient et il doit avoir également la garantie qu’il n’y a aucun conflit d’intérêts. »

Philippe Meilleur y apporte une précision. « On ne peut pas intervenir sur un même dossier à la fois comme architecte et comme agent immobilier, sauf s’il s’agit de projets différents, exprime-t-il. On peut travailler en sa qualité d’architecte pour un client X et en tant qu’agent immobilier pour un client Y. Ça, c’est tout à fait autorisé. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’aéroport de Bruxelles qui propose actuellement 10 destinations (par 9 compagnies différentes) prévoit d’ouvrir la porte vers 60 destinations (20 compagnies) d’ici la mi-juin.

    L’activité aérienne reprend avec de nouvelles mesures de sécurité

  2. Zakia Khattabi sur le plateau de la RTBF.

    Zakia Khattabi: «Le MR a tenté de marchander mon élection à la cour contre 300 millions d’euros»

  3. La fête en boîtes ne pourrait éventuellement reprendre avant fin août que si le coronavirus ne circulait plus du tout au sein de la population...

    Déconfinement: de si minces espoirs pour les nuits festives

La chronique
  • Des examens {en présentiel} ou {en distanciel}?

    L’effervescence règne dans l’enseignement supérieur, coronavirussé de multiples manières. En cette période d’examens, il n’y a pas que les étudiant∙e∙s et les enseignant∙e∙s qui sont sur le gril : les services administratifs déploient toute leur ingéniosité pour permettre des procédures d’évaluation respectant les règles sanitaires de base. Le plus souvent, la pratique traditionnelle du présentiel est abandonnée, pour adopter celle du distanciel.

    Distanciel  ? Encore une innovation lexicale que met en lumière l’actuelle pandémie. Pourtant, comme le montre le blog « Parler français », le couple présentiel / distanciel n’est pas né du dernier coronavirus : il est attesté dès la fin des années 1990 dans le vocabulaire de la pédagogie. Il s’est progressivement substitué aux locutions en présence (de) et à distance qui régnaient jusqu’alors sans trop de concurrence. Ces deux mots sont venus enrichir la liste des dérivés (relativement) récents en -iel, comme existentiel...

    Lire la suite

  • Les leaders de la gauche francophone en liberté surveillée

    Je n’oserais pas dire que c’est historique, mais je ne suis pas loin de le penser », lâchait ce mercredi Robert Vertenueil, le président de la FGTB, à l’issue d’une longue rencontre avec le patron du MR Georges-Louis Bouchez. Une réunion au terme de laquelle les deux leaders qui s’étaient jusque-là copieusement dénigrés, confiaient au « Soir » leur volonté de conclure un Pacte Social.

    Trois jours plus tard, ce qui risque surtout d’être historique, c’est qu’un président du MR se paye le...

    Lire la suite