Après son entrevue avec le Roi, John Crombez estime que des élections anticipées sont peu probables (vidéos)

© Belga
© Belga

Le roi Philippe a repris ses consultations des présidents de partis politiques ce jeudi à 9h en recevant Meyrem Almaci (Groen), suivie à 10h15 par le duo Ecolo Zakia Khattabi et Jean-Marc Nollet, puis le SP.A John Crombez à 11h30.

À sa sortie du Palais royal de Bruxelles, John Crombez a estimé que la priorité était de « trouver une solution pour les revenus des gens, pour diminuer les factures ». Quant à la tenue d’éventuelles élections anticipées, le président du SP.A n’a pas l’air inquiet. « Quand il y a une déstabilisation, il faut trouver une manière de stabiliser les choses. On va voir quelles sont les possibilités. Avec ce qui s’est passé cette semaine, il y a quand même une diminution de la possibilité qu’il y ait des élections anticipées ».

Les consultations se poursuivront cet après-midi avec Wouter Beke (CD&V), Olivier Chastel (MR) et Olivier Maingain (Défi) à respectivement 13h45, 15h15 et 16h30. Le PTB a annoncé que le président, Peter Mertens, serait reçu vendredi matin.

La veille, le chef de l’État avait déjà vu Benoît Lutgen (CDH), Gwendolyn Rutten (Open VLD), Bart De Wever (N-VA) et Elio Di Rupo (PS). Le Palais pourrait diffuser un communiqué en fin de journée pour préciser la suite des opérations.

Ce défilé des présidents de parti fait suite à la démission mardi du Premier ministre Charles Michel, que le souverain tient en suspens. En principe, Philippe pourrait refuser cette démission, mais cette hypothèse semble improbable vu la menace persistante d’une motion de méfiance à la Chambre contre le gouvernement minoritaire.

Deux priorités

Jean-Marc Nollet a fixé deux dossiers prioritaires pour les Verts si la période d’affaires courantes devait se confirmer : une redistribution d’un demi-milliard d’euros « à ceux qui souffrent le plus de la crise sociale et économique », ainsi que la concrétisation de la sortie du nucléaire.

« La situation a commencé à se clarifier : nous serons en affaires courantes, et dès que la page du gouvernement MR/N-VA est tournée, on peut avancer », a affirmé Nollet sur les ondes de La Première, quelques heures avant sa rencontre avec le Roi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite